Un père de famille était poursuivi par la Cour intermédiaire pour avoir attenté à la pudeur et avoir eu des relations sexuelles avec ses deux filles. Il était poursuivi sous plusieurs charges d’Attempt upon chastity upon a specified person et Sexual intercourse with a specified person. Ses deux filles, dans leurs versions à la police, avaient raconté qu’elles vivaient avec leur père depuis la séparation de leurs parents et que ce dernier était violent envers elles. Selon leurs versions, à plusieurs reprises, alors qu’elles dormaient, le soir, l’accusé aurait pratiqué des attouchements sur elles avant d’avoir des relations sexuelles.
Leur père avait cependant nié toutes les charges contre lui, indiquant que ses filles avaient menti car elles voulaient vivre avec leur mère. Après avoir écouté les différentes versions, la magistrate Wendy Rangan a conclu que la cour ne pouvait se fier aux versions des deux filles. La magistrate a fait ressortir que leurs versions en cour étaient différentes de celles consignées à la police et qu’il existait « plusieurs incohérences » quant aux incidents. « The evidence of the complainants is so tenuous that the Court is unable to act upon it to convict the accused », a souligné la magistrate.