Un détenu de la prison de Beau-Bassin a été trouvé coupable de possession et trafic de drogue par la magistrate Niroshini Ramsoondar. Il avait été interpellé avec 4,43 g d’héroïne à la prison de Beau-Bassin et avec 2,72 g de cannabis dissimulés dans sa gorge lors d’une fouille à l’hôpital Jawarharlal Nerhu.
Le prisonnier avait été poursuivi en cour intermédiaire sous deux charges de possession et trafic de drogue. Il avait plaidé non-coupable et était représenté par Me Ravi Rutnah. La poursuite était représentée par Me Pyndiah-Moorghen.
Les faits se sont produits le 25 mai 2012. Alors que l’accusé entrait dans sa cellule à la prison de Beau-Bassin, un garde-chiourme l’avait interpellé et saisi des sachets contenant de l’héroïne, qu’il avait dans sa main droite. Questionné sur la provenance de ces sachets, l’accusé avait répondu que c’étaient des médicaments qui lui appartenaient. Il avait alors été emmené à search room de la prison, où le garde-chiourme devait sécuriser un autre sachet qu’il avait dissimulé dans sa gorge. En présence d’officiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), l’accusé devait maintenir que ces sachets contenaient des médicaments. Suspectant qu’il avait avalé d’autres sachets, les officiers l’avaient envoyé à l’hôpital Jawarharlal Nehru pour une fouille. De là, les officiers ont sécurisé un autre sachet dissimulé dans la gorge de l’accusé, qui contenait du cannabis. Le prisonnier avait cette fois-ci concédé que la drogue lui appartenait et avait soutenu qu’il comptait l’utiliser pour sa propre consommation. Des fouilles dans la cellule de l’accusé n’avaient pas permis de trouver quoi que ce soit de suspect.
La poursuite a soutenu que la quantité de drogue sécurisée et sa valeur marchande prouvent l’élément de distribution. La défense, pour sa part, a affirmé que l’accusé avait ramassé par hasard les sachets de drogue dans la cour de prison ; étant donné qu’il était un consommateur, il les avait gardés. Le prisonnier, quant à lui, a soutenu en cour qu’il allait utiliser la drogue pour sa propre consommation.
Dans son jugement, la magistrate a pris en considération le fait que la drogue saisie avait une valeur marchande de Rs 70 000. Elle devait aussi conclure que l’accusé avait admis que la drogue trouvée dissimulée dans sa gorge était à lui, démontrant qu’il avait agi en connaissance de cause. Elle a soutenu que vu la quantité de drogue que possédait l’accusé, ce dernier n’aurait pu l’utiliser uniquement pour sa propre consommation. Le prisonnier a ainsi été trouvé coupable des deux charges de possession et trafic de drogue portées contre lui.