Diop Kondo Bhoyroo a comparu hier en cour intermédiaire pour le ruling de sa demande de liberté conditionnelle. Le magistrat Raj Pentiah a refusé de lui accorder la caution mais lui a dit qu’il fera le nécessaire pour qu’il soit transféré de la prison de La Bastille.
Pas de caution pour l’aîné des « jumeaux ». C’est ce qu’a décidé le magistrat Raj Pentiah lors du ruling qu’il a rendu hier sur la demande de liberté conditionnelle de Diop Kondo Bhoyroo. La cour intermédiaire a statué qu’il n’y avait pas d’éléments nouveaux dans la présente demande. L’appliquant a toutefois fait part de sa condition en tant que prisonnier on remand. Il a expliqué qu’il faisait face à des problèmes de santé étant donné qu’il est en détention à la prison de haute sécurité de La Bastille. Le magistrat Raj Pentiah a déclaré qu’il fera le nécessaire pour qu’il soit transféré dans un autre établissement pénitentiaire.
Une précédente motion de la même nature avait été faite devant la même instance et le magistrat avait refusé d’accéder à la demande des avocats de Diop Bhoyroo. Me Madeven Armoogum avait fait savoir que le DPP s’oppose à cette demande en disant que le prévenu pourrait prendre la fuite si la caution lui est accordée.
Selon l’acte d’accusation, Diop Kondo Bhoyroo a été arrêté le 30 octobre 2008 à Bois-des-Amourettes après un échange de coups de feu. Un revolver de la marque Astra calibre 22 et des balles ont été retrouvés en sa possession.
La prochaine audition dans cette affaire présidée par le magistrat Raj Seebaluck, a été fixée au lundi 9 janvier. C’est pour cette raison que les avocats de Diop Bhoyroo ont demandé à la Cour de lui accorder la liberté conditionnelle car il est en détention préventive depuis quelque trois ans.
Diop Kondo Bhoyroo répond d’une charge de « using a firearm to resist arrest » devant la Cour intermédiaire. Il est représenté par Mes Rex Stephen et Ashwin Kandhai. La poursuite est représentée par le state counsel Me Madeven Armoogum.