Alors que la Plateforme Citoyenne planche sur son nouveau plan d’attaque pour contrer l’avancée du dossier de (Mauritius) CT Power Ltd, à qui un Environment Impact Assessment (EIA) Licence a été attribué la semaine dernière en vue d’installer une Centrale à Charbon à Pointe-aux-Caves, le groupe Azir Moris a pris position aujourd’hui. De midi à 13 h, deux manifestations pacifiques à titre symbolique ont eu lieu en parallèle dans les rues de la capitale.
En début d’après-midi une vingtaine de membres du groupe Azir Moris étaient postés au même moment (soit de midi à 13 h) devant les locaux du ministère de l’environnement et devant l’Hôtel du gouvernement. Cette initiative cadre avec la livraison de l’Environment Impact Assessment (EIA) Licence à la firme malaisienne CT Power Ltd, qui envisage de mettre en place une centrale à charbon de 110 mwh à Pointe-aux-Caves, soit à moins de 500 mètres de Pointe-aux-Sables.
Rejoignant la cause de la Plateforme Citoyenne, initiateur d’une pétition nationale et responsable de nombreuses campagnes de sensibilisation, Azir Moris agit pour l’instant de son propre chef. Revenant sur l’attribution de ce permis, les membres d’Azir Moris explique qu’on « ne peut s’engager dans cette voie et accepter que des licences soient attribuées de manière douteuse à des entreprises bannies ailleurs, pour raisons de santé publique ».
Dans un communiqué émis dimanche et par l’entremise des initiatives de protestation, Azir Moris réclame la révocation sans condition du certificat EIA attribué à CT Power ; le gel du projet ; le retrait du projet de Oil Jetty à Albion et finalement l’arrêt de toute initiative industrielle autour du « Petroleum Hub ». Les protestataires réunissant des travailleurs sociaux, des membres d’Azir Moris et des étudiants de l’Université de Maurice réclament « à des fins de transparence » de rendre public le contenu des discussions et accords entre le gouvernement mauricien et CT Power ainsi que le contenu des contrats passés avec les IPP qui produisent de l’énergie à partir du charbon. Ils demandent également de rendre public l’état réel du projet Maurice Ile Durable et finalement d’instituer un comité d’étude indépendant sur l’installation d’alternatives de production d’énergie durables sur le sol mauricien. Dans le but d’éveiller la conscience collective, d’autres activités sont donc prévues à travers l’île. Les manifestations pacifiques en début d’après-midi aujourd’hui marquent le début du nouveau combat d’Azir Moris qui se veut « novateur ».
Par ailleurs, le gréviste Jeff Lingaya en est à son cinquième jour d’action de protestation. Visiblement affaibli, ce dernier affirme que son action s’arrêtera une fois que ces griefs seront pris en compte, notamment : la révocation de la EIA Licence, la publication du contrat entre les Independent Power Producers et le gouvernement sur la production énergétique, et la tenue d’une table ronde réunissant les parties prenantes afin de discuter d’une politique énergétique verte pour le pays.
Jeff Lingaya bénéficie du soutien de nombreux travailleurs sociaux. Dans un communiqué de presse émis ce matin, Georges Ah Yan, porte-parole du Forum Citoyens Libres, a fait comprendre : « Nous suivons de près la situation et si le besoin se fait sentir, nous le rejoindrons pour une grève de la faim afin de le soutenir et le motiver pour son action citoyenne. »
Par ailleurs, la Plateforme Citoyenne se penche actuellement sur une série de revendications et envisage de tenir ce soir une causerie de sensibilisation au Jardin de la Compagnie.