Anthony Laurent a remporté hier matin la Krusty Souvenir Cup dans le temps de 2h01’07. Il a devancé le vétéran Sébastien Hacques, le junior Jordan Lebon et les deux cadets Guillaume Perdrau et Grégory Lagane au terme d’une course remodelée pour cause de manque de concurrents.
Ce qu’on a vu laisse présager que, quelque part, le cyclisme mauricien a encore de beaux jours devant lui. Cette course était l’occasion pour tout le monde, surtout ceux qui n’ont pas l’habitude, de se retrouver à l’avant. Du coup, au lieu des 100 km prévus par l’organisation, les coureurs se sont retrouvés avec 78 km à parcourir. Et le club organisateur, le VCP, a réuni toutes les catégories (cadets, juniors, seniors, 3 et 4) pour la course.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça change, de voir d’autres têtes à l’avant du peloton. Yoan Pirogue, coureur du CNFC-Crystal, plus habitué à se cacher chez les juniors, a tenté la sortie dès le km 2. Mieux : il a même mis près d’une minute d’avance sur le peloton. Même s’il a vite été repris, puis lâché par le peloton, son putsch aura permis de réveiller un peloton qui semblait se demander ce qu’il faisait là, dans la grisaille et le froid.
Et il y a les autres, animateurs de la grande échappée du jour. Un petit groupe, composé de six coureurs, se détache. Sébastien Hacques, Anthony Laurent, donné favori pour la course, Sébastien Espiègle, Grégory Lagane, Guillaume Perdreau et Jordan Lebon ont pris la poudre d’escampette au moment où la course commençait à se durcir.
« En fait, c’est en remontant vers La Nicolière que tout s’est joué », avance le vainqueur du jour, qui offre au VCP sa deuxième victoire de la saison. Il a raison de dire que c’est vers La Nicolière que tout s’est joué. Grégory Lagane a démontré, juste dans la montée, qu’il est un coureur à prendre au sérieux pour les prochaines années. « Il est très fort pour son âge », le félicite encore Anthony Laurent.
Parce que dans la montée vers Salazie, le jeune Curepipien imprime son rythme à la course. Résultat : il est seul au moment d’aborder la descente. En chasse, Anthony Laurent. Plus loin, Sébastien Hacques, Guillaume Perdreau et Jordan Lebon rappliquent.
Un chassé croisé qui durera jusqu’à ce que Lagane soit repris par Anthony Laurent. Ce dernier s’en ira seul. Grégory Lagane, lui, attendra les autres. Laurent, qui compte plus d’une minute au moment d’aborder la montée de Plessis, sent leur souffle chaud sur ses mollets.
Le fuyard étant repris, le petit groupe collabore et se dirige vers la ligne d’arrivée. Les deux cadets ne semblent pas de taille à jouer le sprint. Mais avec un coureur expérimenté de la trempe de Sébastien Hacques, on devait s’attendre à tout. « Sébastien Hacques était le coureur qui avait le plus d’expérience entre nous. On s’en méfiait un peu », conçoit Anthony Laurent.
Et les cinq se retrouvent à disputer le sprint, jugé sur un faux-plat montant. Anthony Laurent, le seul au profil qui se rapproche le plus du sprinter, attaque et ne sera pas rejoint. Pour une roue, il offre au VCP sa deuxième victoire de la saison. « Ce que je retiens ? C’est que Grégory Lagane est très, très fort pour son âge », souligne-t-il. Voilà un coureur à surveiller durant les prochaines années.