Franck Parmentier a remporté dimanche dernier la 12e édition de l’Étoile de l’Océan Indien. Le coureur du Club Cycliste Saint Louisien (CCSL) s’adjuge son premier succès majeur à Cambaise , sur un circuit . Le champion de Maurice en titre, le Mauricien, Steward Pharmasse, a pris une bonne 12e place au général, démontrant sa forme du moment.
Franck Parmentier a été le plus fort, lui qui avait déjà remporté une victoire d’étape sur le Tour de la Réunion en 2010 après une échappée de plus de 70 km. Cette fois-Ci, sur l’Étoile de l’Océan Indien, il a maintenu son avance de sept secondes sur le Dionysien Christophe Boyer, deuxième au général. Ce dernier, vainqueur du Tour de la Réunion l’année dernière, a tout tenté, mais n’a malheureusement  pas été en mesure de renverser la vapeur, s’inclinant cette fois-Ci face à plus fort que lui sur le circuit de Cambaie à St-Paul. C’est le Dionysien Rudy Sautron qui a remporté  l’étape de dimanche après-midi.
Autant dire que la confrontations entre ces deux cyclistes de qualité s’annonce épique lors du Tour de la Réunion, prévu pour octobre prochain. Parmentier aura son nouveau statut à défendre, celui d’un outsider de qualité alors que Boyer devra défendre son titre coûte que coûte. Du côté mauricien, Steward Pharmasse a été le mieux classé à l’issue des six étapes, terminant à la 12 place, à 7 minutes et 31 secondes du champion. L’entraîneur national, José Achille, estime qu’il y a encore du boulot à faire pour les coureurs mauriciens, qui sont cependant loin d’avoir démérité, avec des prestations satisfaisantes.
« Ils ont tous donné le maximum lors des six étapes au programme. Pharmasse a fait le travail malgré qu’il ait  manqué quelques coups intéressants comme lors de l’étape de l’Entre-Deux. Il a également perdu du temps lors du contre-la-montre inaugural. C’est très important de bien se placer lors des premières étapes car cela s’avère déterminant pour la suite. Mais il faut dire qu’il n’avait pas de vélo de chrono. Thierry David s’est montré très entreprenant, s’étant montré un bon coéquipier », souligne l’entraîneur national.
Il soutient, « le seul bémol aura été la grippe de Mike Chong Chin, qui l’a quelque peu diminué physiquement à son arrivée à l’île soeur. Il a beaucoup souffert et a été contraint à l’abandon lors du circuit final car il avait trop de mal à respirer. Son coéquipier du Vélo Club de Pamplemousses (VCP) Jordan Lebon, qui était à son baptême de feu dans l’Étoile, a fait un bon contre-la-montre le dimanche matin entre La Possession et la Ravane à Malheur. IL a montré son potentiel », indique José Achille.
« C’est incroyable le nombre d’individualités présentes au sein des différents clubs. Nous avons besoin de frottement pour pouvoir combler ce retard que nous avons sur ces coureurs . Nous avons le potentiel à Maurice mais il faut leur donner les moyens d’atteindre leurs objectifs. Quoi qu’il en soit, le niveau était très élevé », fait ressortir notre interlocuteur. « Nos coureurs doivent se décomplexer et oser plus. Il y a un travail psychologique à faire pour remédier à cela car souvent quand ils voient leurs coéquipier se faire lâcher, ils lâchent un peu après », explique-t-il.
Cinq Mauriciens (Anthony Laurent, Ritesh Choytun, William Labonne, Mathieu Le Blanc et Yolain Calypso) ont pris part à la course au sein d’une équipe d’entente (Entente VCP Maurice) et se sont plus ou moins bien comportés.