Ce n’est que mercredi dernier, à moins de cinq jours du coup d’envoi, que Luce Hubert, président du Vélo Club de l’Ouest (VCO), a dévoilé le parcours de l’Étoile de l’océan Indien version 2012. Un parcours plus court que celui de l’année dernière, mais qui s’annonce tout aussi disputé. La course, qui commence demain, pourrait connaître beaucoup de revirements.
Stéphane Lucilly, lauréat de la précédente édition, n’a qu’à bien se tenir. Une équipe australienne sera là, tout comme la sélection de Nouvelle Calédonie. Et les Réunionnais auront également à faire face aux Mauriciens.
L’année dernière, les Mauriciens avaient fait l’impasse sur l’Étoile de l’océan Indien pour préparer les JIOI dans les meilleures conditions. Les résultats, on les connaît. Cette année encore, pas de sélection nationale, mais deux équipes qui devront apprendre à travailler ensemble afin de contrer la légendaire solidarité réunionnaise.
D’un côté, le BRSC-Isostar, qui alignera une équipe complète, avec cinq coureurs, et de l’autre, le VCJCC-Bank One, avec un contingent égal, se rendront avec la ferme intention de mener la vie dure aux Réunionnais. Déjà, les choses pourraient tourner en faveur des Curepipiens dès le départ, avec un chrono par équipes de 4.5km.
C’est d’ailleurs l’équipe à surveiller. Avec la récente victoire de Mathieu Le Blanc aux championnats nationaux, on peut s’attendre à voir une équipe compétitive. D’ailleurs, que du beau monde pour les Orange et noirs, avec Lincoln en chef de file, Le Blanc en leader-adjoint, Fabien Halbwachs, Arnaud de Commarmond et Sébastien Tyack, le meneur curepipie semble avoir mis toutes les chances de son côté.
Si le VCJCC-Bank One y va avec l’intention de jouer le général, le BRSC-Isostar semble y aller pour jouer un classement précis : le maillot rush. Avec trois sprinteurs dans ses rangs, dont Steward Pharmasse, Thierry David et Mike Chong Chin du VCP, qui a rejoint le club le temps de cette course, les choses pourraient sourire au club de l’ouest.
Et l’UCRH-Engen n’a délégué que deux représentants, Michael Khedoo et Ashley Sumbhoolaul. Tous deux iront préparer le Tour de Maurice, prévu en septembre prochain.
Le parcours est plus ou moins le même que celui de l’année dernière, avec un chrono par équipes pour ouvrir les hostilités, soit huit tours du vélodrome du Port. Dès le lendemain, avec l’étape la plus longue, soit 125 km, avec une sortie de Bras Panon.
L’étape de montagne, avec ses 76,5 km, pourrait être la plus piégeuse. Luce Hubert lui, lors de la présentation, avouait à notre confrère du JIR que les routes seraient sinueuses. Surtout « l’ascension vers Mare à Poule d’eau et ses pourcentages « de 15 à 16 % sur cinq ou six virages ».»
Puis, une autre étape de 10,7 km, un chrono, où les écarts se feront et se déferont définitivement, samedi matin. Puis, l’après-midi, un critérium, de 49 km, qui s’apparentera plus à un défilé pour le vainqueur et l’occasion pour les sprinteurs de s’exprimer. L’Étoile de l’océan indien, qui commence demain, s’annonce, à priori, piégeur. Seuls ceux qui auront pu passer le cap des premières étapes pourront espérer jouer le final.