« L’utilisation des singes mauriciens dans la recherche est primordiale et indispensable dans l’avancement des recherches médicales afin de lutter contre les maladies. » C’est ce qu’a déclaré le Dr Paul Honess, membre de l’International Primate Society for Service to the Society.
D’origine britannique, le Dr Honess a été invité par la Cyno Breeders Association (CBA) afin d’animer une conférence au Labourdonnais hôtel, mercredi après-midi. Pendant plus d’une heure, il a sensibilisé l’audience au commerce des primates, rappelant que Maurice se classe en 2e position après la Chine dans l’exportation des singes destinés à des recherches médicales.
Lors de sa présentation, le Dr Honess a mis l’accent sur l’avancée des recherches médicales sur les singes mauriciens qui ont aidé les chercheurs à développer différents vaccins pour combattre le diabète, la tuberculose, le HIV/AIDS, le chinkungunya ou autres maladies cardiovasculaires. Il a tenu à rassurer le public sur les allégations liées à des conditions de maltraitance dans les élevages de la CBA. « Les singes ne sont, en aucun cas, victime de maltraitance. La CBA a des vétérinaires qui travaillent d’arrache-pied 7h sur 24 afin d’assurer le bien-être des macaques », dit-il.
Ont suivi une dizaine de questions venant de l’assistance ainsi que la projection d’une vidéo montrant les progrès de la médecine grâce à la recherche animale. Association d’éleveurs de macaques cynomolgus, la CBA regroupe les firmes Bioculture (Mauritius) Ltd, Biofarms Ltd, Noveprim Ltd, Les Campeches Ltee, Biodia Co. Ltd et Le Tamarinier Ltée.