Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, accuse Pravind Jugnauth, leader du MSM, d’avoir profité du fait que son intervention parlementaire de vendredi soir était relayée en direct à la télévision pour proférer, selon lui, des « allégations communales révoltantes » à l’encontre de la Commission électorale au sujet des nouvelles dispositions qui vont être prises pour la détermination finale des Best Losers. Le leader des mauves trouve par ailleurs des similitudes dans le point de vue « archaïque » et « dépassé » du leader du PMSD, Xavier Duval, au sujet de la nécessité d’un nouveau recensement communal de la population et celui du ministre du Travail, Shakeel Mohamed, condamnant « l’hypocrisie » de ceux qui s’opposent à tout nouveau recensement communal de la population.
Paul Bérenger réitère son souhait pour que les députés votent « à l’unanimité » en faveur du projet d’amendement constitutionnel intérimaire visant à permettre à ceux qui le désirent de se porter candidats aux prochaines élections générales sans décliner leur communauté respective d’appartenance. Il rappelle qu’en 1982, quand le MMM avait été pour la première fois au pouvoir, le projet de loi qui visait à abolir le recensement communal de la population avait fait l’unanimité auprès des députés dont sir Gaëtan Duval qui avait voté pour.
Même s’il déplore ce qu’il considère être des « allégations inacceptables » de Pravind Jugnauth à l’encontre de la Commission électorale, Paul Bérenger félicite une fois de plus le MSM qui, souligne-t-il, votera en faveur du projet d’amendement « en dépit de certaines réserves exprimées par ce parti ». Le leader de l’opposition insiste néanmoins sur l’importance pour tout pays démocratique de garantir l’entière crédibilité de sa Commission électorale en vue de maintenir sa stabilité à long terme.
Le leader du MMM souligne à cet effet que la Commission électorale mauricienne a de tout temps été « mondialement respectée ». Il appelle conséquemment l’ensemble des acteurs politiques, « à commencer par Pravind Jugnauth », à s’abstenir de toute déclaration susceptible de porter atteinte à la crédibilité de cette institution.
Paul Bérenger allègue aussi que le leader du MSM, profitant, selon lui, du fait que son intervention à l’Assemblée nationale était diffusée en direct à la télévision, aurait fait de « révoltantes allégations communales » à l’encontre de la Commission électorale. Aussi, pour le chef de l’opposition, il était de son « devoir » d’interrompre ainsi le discours du leader du MSM sur des points de droit.
« XLD devrait s’inspirer de son père »
Le leader du MMM juge par ailleurs « honteux » que le leader du PMSD a conclu son intervention sans jamais dire si les députés de son parti voteraient ou pas en faveur du projet d’amendement à la Constitution. Paul Bérenger note que Xavier Duval a fait une vague demande en vue d’un référendum. Il rappelle en revanche qu’à l’époque, en 1982, sir Gaëtan avait non seulement voté en faveur de l’abolition du recensement communal de la population, mais avait même trouvé que le recours éventuel à un référendum serait « une perte de temps et d’argent ». « Xavier Duval devrait s’en inspirer », estime-t-il.
Le leader de l’opposition conteste par ailleurs la décision du Speaker, Razack Peeroo, d’autoriser qu’un amendement du leader du PMSD à l’Explanatory Memorendum du projet d’amendement constitutionnel soit circulé. Il souligne, sous ce rapport, un précédent en date du 1er avril 2008 quand l’ancien Speaker, Kailash Purryag avait statué qu’en pareil cas, la demande était irrecevable. Pour Paul Bérenger, le fait même que Xavier Duval insiste autant pour qu’un nouveau recensement communal soit organisé est « choquant » et démontre clairement, selon lui, que le PMSD est un parti « archaïque » et « dépassé ».
Le leader du MMM ne manque pas de rappeler que, précédemment à la présente prise de position de XLD, le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, ne s’était pas gêné non plus, lors d’une précédente intervention à l’Assemblée nationale, pour qualifier « d’hypocrites » tous ceux qui se prononcent contre tout nouveau recensement communal de la population. Aussi, pour le leader des mauves, les jeunes en particulier ne manqueront pas de condamner comme il se doit de tels responsables politiques pour leurs propos « archaïques ».
Alors que, rappelle-t-il, c’est le projet d’amendement provisoire qui est actuellement débattu à l’Assemblée nationale avant d’être mis au vote, Paul Bérenger estime que, pour la clarté du débat, il n’est dorénavant « pas trop tôt » pour que le « Main Bill » portant sur le projet de réforme électorale soit « enfin » circulé.