Chaque année, des dizaines de jeunes sortent prématurément du système scolaire, et se retrouvent sans qualification, ni diplôme. Le « décrochage scolaire » est un phénomène pour lequel il n’existe aucune donnée fiable à Maurice. Mais ils sont nombreux parmi les adolescents à décider d’arrêter l’école après leur School Certificate (SC). Le décrochage scolaire est une réalité sociale complexe qui met en jeu une multiplicité de causes et qui dépasse le cadre purement scolaire.
Le décrochage scolaire peut être défini comme l’abandon des études avant l’âge de la fin de scolarité obligatoire — c’est-à-dire 16 ans — et/ou le fait de sortir de l’école avec des qualifications limitées ou sans diplôme officiel. Pour une grande majorité de jeunes, le décrochage scolaire est le résultat de problèmes psychologiques, éducatifs et sociaux. Comment prévenir le décrochage scolaire à Maurice? Quels sont les dispositifs de prévention à ce sujet ? Si aucune attention n’a vraiment était accordée à ce phénomène ancien, son caractère d’urgence est lié, dans un contexte difficile d’accès à l’emploi, aux risques de troubles personnels ou d’entrée dans la délinquance qui peuvent l’accompagner.
Un phénomène multifactoriel
Les causes et les facteurs du décrochage scolaire sont multiples, tout comme les profils. Pour une grande majorité de jeunes, le décrochage scolaire est le résultat de problèmes psychologiques, éducatifs et sociaux. Il y a également plusieurs types de décrocheurs : certains ont des problèmes de comportement, ils sont punis à répétition et de ce fait déteste l’école. Ce sont les « présents-visibles », ceux qui perturbent le bon déroulement de la classe. D’autres sont des élèves moyens, peu intéressés par les cours et pas à l’aise en classe. Ils viennent au collège, sont bien là dans les salles de classe mais s’ennuient et restent en marge. Ce sont les « présents-invisibles ». Certains décrocheurs rencontrent aussi des difficultés familiales ou relationnelles. Dans de nombreux cas également, ce sont des jeunes qui n’ont pas un encadrement propice, car à cet âge, les adolescents ont souvent besoin d’un accompagnateur qui leur redonne confiance en eux.
Les professions inaccessibles sans le HSC
Il est vrai que l’âge de fin de la scolarité obligatoire est de 16 ans, ce n’est pas une raison pour arrêter l’école dès 16 ans, donc après le SC. L’une des raisons principales est que certains secteurs d’activité sont définitivement fermés si l’on ne possède pas le Higher School Certificate (HSC). Par exemple dans le domaine de l’hôtellerie, la médecine, le professorat, entre autres. Il faut noter toutefois que de nombreuses solutions existent pour ceux qui n’ont pas eu de certificats. Certaines universités proposent, par exemple, des Foundation Courses qui permettent au non-détenteur d’un HSC (ou d’un SC) d’avoir une connaissance et notion de base nécessaire à la suite des études. Il existe aussi des institutions qui proposent différents cours et formations.