L’épouse du trafiquant notoire Curly Chowrimootoo, Marie Nadia Samanta Chowrimootoo, a été déboutée en Cour suprême dans le cadre de sa demande de révision judiciaire de la décision de la Bail and Remand Court (BRC) de lui refuser la liberté sous caution. Samanta Chowrimootoo a pour rappel été arrêtée le 18 mai 2016 à son domicile à Résidence Kennedy, Quatre-Bornes.

Elle a été inculpée provisoirement de trafic de drogue après la saisie de 5,6 kg d’héroïne, d’une valeur de Rs 100 millions. Cela fait deux ans qu’elle est en détention et aucune charge formelle n’a encore été logée contre elle. Raison pour laquelle elle a saisi la Cour suprême.

Elle conteste la décision de la Bail and Remand Court de ne pas lui avoir accordé la remise en liberté conditionnelle. Dans son affidavit, Samanta Chowrimootoo, souligne que le 12 avril 2018, la Bail and Remand Court lui avait refusé la liberté conditionnelle en se basant sur les arguments de la police, selon lesquels elle risquerait de prendre la fuite et de récidiver si elle était en liberté. Elle a avancé que toute sa famille se trouve à Maurice et qu’elle a deux enfants en bas âge. Elle a soutenu que la police avait déclaré que l’enquête sur sa personne en était au stade final et que, deux ans après, elle est toujours en détention préventive.

L’épouse de Curly Chowrimootoo évoque une « injustice » et estime qu’elle subit « une punition avant même d’être jugée ». Les juges Bobby Madhub et Véronique Kwok Yin Siong Yen ont rejeté sa motion dans un arrêt rendu en cette fin de semaine. Les juges ont toutefois précisé qu’il était « justifié » que Samanta Chowrimootoo ait recours une nouvelle fois à la justice pour contester son incarcération « si aucune charge formelle n’est logée contre elle dans les six mois à venir ».