Le premier trimestre scolaire est déjà bien engagé. Mais les problèmes de pénurie de manuels scolaires, surtout pour les langues orientales dans le cycle primaire, se font sentir cruellement, notamment au niveau de la troisième. De ce fait, les élèves et les instituteurs sont pénalisés n’étant pas en mesure de suivre le syllabus établi. Mais il y a plus grave pour certaines matières qui souffrent d’un manque d’instituteurs, comme pour l’enseignement du mandarin.
Dans les écoles, plus ça change plus, plus c’est la même chose