Le rédacteur en chef de Samedi Plus, après l’abandon de poursuites pour diffamation contre lui, réclame Rs 5 millions de dommages par le biais d’une mise en demeure au commissaire de police et au directeur des poursuites publiques pour arrestation arbitraire. Dharmanand Dhooharika avait été arrêté en octobre 2010 pour l’article « Raj Ramlugun : le cadre controversé d’Air Mauritius » paru dans son hebdomadaire. Par ailleurs, il attend toujours la décision des Law Lords concernant son appel dans l’affaire de scandalising the court pour laquelle il a été condamné à trois mois de prison.
L’arrestation de Dharmanand Dhooharika en octobre 2010 serait « arbitraire et oppressive ». C’est ce que pense le rédacteur en chef et journaliste de Samedi Plus qui a décidé de contre-attaquer suite à l’abandon des poursuites pour diffamation du directeur des poursuites publiques (DPP). Il a fait servir une mise en demeure, rédigée par les soins de son avoué Me Luvirajen Mootoosamy, au commissaire de police (CP) et au DPP réclamant Rs 5 millions de dommages.
L’article intitulé « Raj Ramlugun : le cadre controversé d’Air Mauritius » et publié en septembre 2009 dans Samedi Plus était au centre de la controverse. Il faisait état d’un litige entre Raj Ramlugun et la direction d’Air Mauritius Ltd. L’assistant surintendant de police Ramasawmy du Central Criminal Investigation Department (CCID) avait le 1er octobre 2010 convoqué Dharmanand Dhooharika et après avoir consigné sa déposition, une charge provisoire de diffamation avait été logée contre le rédacteur en chef de l’hebdomadaire. La cour correctionnelle de Port-Louis Sud devait alors lui accorder la liberté conditionnelle.
La dispute devait passer devant l’Employment Relations Tribunal. Cette instance a confirmé les éléments de l’article prouvant qu’il n’y avait aucun délit. Une motion, présentée par Me Ravi Rutnah pour rayer la charge provisoire contre Dharmanand Dhooharika, a été acceptée.
Dharmanand Dhooharika estime que le CP et le DPP ont agi de mauvaise foi en procédant à son arrestation. Il est d’avis qu’il y a eu un « complete disregard » de ses droits. Son arrestation a eu lieu un an après la publication de l’article. Le journaliste est aussi représenté par les avocats Mes Siddhartha Hawoldar et Ravi Rutnah.
Rappelons que Dharmanand Dhooharika a été condamné à trois mois de prison à cause de la publication de deux articles et d’un éditorial le 14 août 2010. Le Senior Puisne Judge Keshoe Parsad Matadeen l’avait trouvé coupable de scandalising the court suite à des allégations de l’avocat rayé du barreau Dev Hurnam contre le chef juge Bernard Sik Yuen. Il s’agissait également de l’affaire Paradise Rental Co Ltd & Ors v Barclays Leasing Co Ltd. Dev Hurnam est le directeur de Paradise Rental Co Ltd.
Le rédacteur en chef de Samedi Plus veut contester la décision de la cour suprême devant le Conseil privé de la Reine. Plus de 30 voies de recours seront débattues devant les Law Lords par le Queen’s Counsel Me Geoffrey Robertson qui est un spécialiste de la loi sur les médias. Il sera assisté de Me Anya Proops dans l’affaire. Le DPP a signifié son intention de résister à l’appel et sera représenté par le Queen’s Counsel Me Geoffrey Cox et le Senior Assistant DPP Me Rashid Ahmine.