Fernando Fernandes et Angelo Messias Ferreira, respectivement président et Project Coordinator de la Chamber of Commerce Mauritius-Mozambique, seront à Maurice pour une semaine à partir de demain, 20 juillet. Ils rencontreront des hommes d’affaires mauriciens pour leur parler des opportunités d’investissements au Mozambique. Leur venue chez nous est une initiative du haut-commissaire de Maurice au Mozambique, Jean Pierre Jhumun.
Dans une déclaration au Mauricien, le haut-commissaire de Maurice au Mozambique, Jean Pierre Jhumun, rappelle qu’il a officiellement lancé une Chambre de Commerce Maurice-Mozambique le 17 mars dernier à Maputo, capitale du Mozambique. « Les membres sont des professionnels, des managers, des directeurs, des importateurs, des exportateurs mozambicains connus, ainsi que plusieurs autres hommes d’affaires venant de divers secteurs de l’économie mozambicaine », précise-t-il.
« L’idée, derrière la création de cette Chambre, est d’établir un contact entre les entrepreneurs mauriciens et le marché mozambicain, tout en gardant en tête que les produits mauriciens sont quasiment absents dans ce pays, qui importe tout de l’Afrique du Sud, de l’Inde et de la Chine », ajoute le haut-commissaire. Le Mozambique compte quelque 18 millions d’habitants et, rien qu’autour de Maputo et de Matola, on compte environ trois millions de consommateurs.
« Suite à des réunions que j’ai eues avec les membres de la Chambre, le président, Fernando Fernandes, a accepté de venir à Maurice pour rencontrer les entrepreneurs et autres hommes d’affaires mauriciens afin d’évoquer des opportunités d’affaires au Mozambique, si d’aventure ils décident d’y investir », affirme le diplomate. Selon Jean Pierre Jhumun, il est possible de lancer des universités et des institutions tertiaires privées au Mozambique pour l’enseignement de l’anglais, du français, des mathématiques, de la comptabilité et des finances, ainsi que des sciences. En outre, ajoute-t-il, des médecins pourront explorer la possibilité d’ouvrir des cliniques et hôpitaux privés. « Dans les provinces de Gaza et d’Inhambane, les membres de la Chambre disposent de terres pour l’exploitation agricole », soutient le diplomate. « Des parcelles de terre agricole de 50 à 100 hectares peuvent être louées à bail à des fermiers mauriciens pour planter des légumes et des fruits, et même faire de l’élevage de poulets. »
Autre opportunité existant au Mozambique, selon Jean Pierre Jhumun : la construction d’entrepôts où les grossistes mauriciens pourraient garder leurs exportations de Maurice pour la vente sur les marchés mozambicains. « Les petites et moyennes entreprises mauriciennes ont de grands potentiels au Mozambique, où elles peuvent louer des petits ateliers de fabrication dédiés au secteur de l’alimentation, du textile et des produits de quincaillerie », avance-t-il.
Jean Pierre Jhumun prévoit que Fernando Fernandes et Angelo Messias Ferreira rencontreront, entre autres, les responsables du Board of Investment (BOI), d’Enterprise Mauritius, de la Chambre de Commerce et d’industrie, de la MEXA et de Business Mauritius.