Cela fera bientôt une semaine qu’Elena Gentil, adolescente de 11 ans, est portée disparue. Depuis lundi, la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe remue ciel et terre afin de retrouver cette jeune fille domiciliée à Cité Anoushka. C’est sa mère, Mirella Gentil, qui a rapporté le cas au poste de police de Curepipe, lundi, le lendemain du jour où elle a aperçu sa fille pour la dernière fois. Les recherches n’ayant encore rien donné pour l’heure, cette dernière vit, depuis, dans l’angoisse. Pour les besoins de l’enquête, son père biologique a été interrogé mais son interrogatoire n’aura rien donné. Les recherches se poursuivent.
Dimanche dernier, c’est en compagnie de sa mère qu’Elena Gentil, domiciliée à Cité Anoushka, 16e Mille, Forest-Side, s’est rendue à une fête chez sa tante qui vit à quelques mètres de chez elle. C’est durant cette même fête qu’elle a été aperçue pour la dernière fois, laisse entendre sa mère, Mirella Gentil, tourmentée depuis que sa fille s’est volatilisée. Elle raconte que ce soir-là, elle a aperçu sa fille pour la dernière fois vers 21h, lorsque celle-ci s’est ruée vers son grand-père paternel pour le saluer. Ce dernier, également un habitant du quartier, était aussi de la fête bien que son fils n’ait pas gardé d’excellents rapports avec son ex-femme.
En effet, Mirella a confié à Week-End que « depuis que j’ai obtenu la garde de mes enfants, mon ancien compagnon n’est jamais passé les voir. » Toutefois, elle stipule que Christopher Gentil, le père de ses deux premiers enfants, dont Elena, a souvent été aperçu dans la localité bien qu’il vive à Vallée des Prêtres avec sa concubine, d’après ce que lui ont confié des voisins. Mirella est ensuite rentrée chez elle tard durant la soirée mais ne s’est pas inquiétée lorsqu’elle s’est aperçue que sa fille n’était pas encore rentrée. « Elena passe habituellement beaucoup de temps chez nos proches et rentre pour dormir après les festivités », se justifie-t-elle.
Lundi matin, c’est sa mère qui l’a avertie qu’Elena n’était jamais rentrée. Mirella Gentil s’est à nouveau rendue à l’endroit où avait été organisée la fête mais leurs proches leur ont confirmé qu’Elena ne s’y trouvait pas, non plus. Informée que les deux grand-parents paternels de la petite étaient également de la fête la veille, Mirella a gardé une lueur d’espoir que sa fille se trouverait chez eux mais tel ne fut pas le cas. Ses recherches ayant été vaines, elle s’est finalement rendue au poste de police de Curepipe à 15h, lundi, afin de consigner une déposition et les recherches ont immédiatement commencé. Une battue de la région a été effectuée par les enquêteurs mais au bout de cinq jours, Elena est toujours introuvable. « Je commence à désespérer », pleure Mirella Gentil, rencontrée par Week-End durant la semaine. « J’ai contacté son père mais celui-ci ne semble pas s’inquiéter. Il n’est même pas passé me voir pour m’apporter son soutien », confie-t-elle.
Pour les besoins de l’enquête, les parents de Christopher Gentil ont été interrogés par la police ce vendredi, sans succès. Durant la journée d’hier, ce fut au tour de Christopher Gentil d’être interrogé, bien que la police se soit déjà rendu à son domicile en début de semaine. Les enquêteurs trouvaient suspect qu’il ne soit pas plus impliqué par la disparition de celle qui est considérée comme étant sa fille et l’ont donc conduit dans les locaux de la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe pour interrogatoire, le considérant comme un suspect potentiel.
Cependant, il s’est justifié en confiant à la police qu’il a toujours douté être le père de la jeune fille et que depuis la naissance celle-ci, survenue peu après que Mirella et lui se soient séparés, il ne l’avait jamais rencontrée, d’où le peu d’affinités. Depuis leur séparation, son ex-femme et lui ne parlaient que de la pension qu’elle devait toucher pour les enfants, pension qu’il a été incapable de lui fournir car il ne gagnait pas suffisamment. Après avoir répondu à une série de questions, il a été autorisé à rentrer chez lui, la police n’ayant aucune raison de l’inculper de quoi que ce soit, tandis que les recherches se sont poursuivies.
À l’heure où nous mettions sous presse, les enquêteurs effectuaient une battue dans les régions avoisinant Cité Anoushka à l’aide d’hélicoptères, assistés de la Special Mobile Force (SMF). Celle-ci n’avait encore rien donné.
Pour info, le jour de sa disparition, Elena Gentil portait un t-shirt vert, une paire de chaussures noires et un pantalon blanc. Toute information susceptible d’aider à retrouver cette adolescente doit être communiquée à la police sur le 999, le 208-0034/35 ou au poste de police le plus proche.