La compagnie d’import et de distribution Vivo Energy Mauritius Limited, qui a repris, sous licence, les activités de Shell à Maurice, réclame ces jours-ci des gérants et propriétaires de stations-service opérant sous son enseigne un paiement de 6 sous par litre d’essence vendu. La mesure est entrée en vigueur depuis la mi-juillet dernier et sera appliquée jusqu’à la fin de l’année.
Officiellement, la réclamation est justifiée comme étant « contribution » aux efforts fournis par la compagnie afin de parfaire son image et de conserver sa place de leader du marché. Dans une lettre adressée aux gérants/propriétaires, la direction de Vivo Energy évoque plusieurs initiatives qui auraient été prises pour notamment embellir, équiper et améliorer les stations-service et fait appel à leur « solidarité ».
La démarche passe assez mal, toutefois, chez certains revendeurs et la grogne s’est installée. Ils se plaignent que leur marge de profits fixée par le gouvernement
(Rs 1.50 par litre) est « déjà très faible » et qu’ils « n’arrivent pas à joindre les deux bouts, d’autant que les automobilistes ont de plus en plus tendance à rouler à l’économie. » Ils expriment l’avis que c’est à la compagnie seule d’investir dans la promotion de ses produits parce que, vu le nombre de litres d’essence vendus, à la fin du jour d’ici 31 décembre, avec la contribution de 6 sous exigée, il semblerait que, finalement, ce soit les gérants qui auront fait les frais.
Il y a quelque 45 stations-service Vivo Energy à Maurice et un très faible nombre appartient directement à la compagnie. La plupart sont en contrat de gérance. Parmi les grogneurs, certains expriment la crainte d’être pénalisés s’ils refusaient de coopérer.