Alors que la sélection de badminton, de boxe, d’escrime sont déjà sur place depuis dimanche, la seconde partie du Club Maurice a mis le cap sur le Congo-Brazzaville via Dubaï en fin de matinée d’aujourd’hui pour les Jeux africains, qui se tiendront du 4 au 19 septembre. Boxeurs, badistes et notre escrimeur Satyadev Gunput entrent déjà en compétition cet après-midi,  48 heures avant  l’ouverture des Jeux.
Avec la célébration du Cinquantenaire des Jeux, le Congo a placé la barre très haut afin de réaliser des Jeux de prestige. Le ministre des Sports et de l’Éducation physique congolais, Léon-Alfred Opimbat, a effectué un dernier bilan de l’organisation aux côtés du directeur général du Comité organisateur des Jeux (Coja), Jean Lounana Kouta.  La confiance est de mise, d’autant que l’avancée des préparatifs est estimée à 95%.
Le directeur général a lui rassuré que tout se déroulera dans l’ordre en affirmant que la commission protocole a pris toutes les dispositions nécessaires pour faciliter l’entrée des délégations au Congo. C’est ainsi qu’au niveau des visas, il a été institué le principe de préaccréditation qui devrait permettre aux délégations d’être accueillies sur place.
« Une fois sur le territoire congolais, sur présentation de ce prébadge, un badge définitif sera remis à chaque participant qui lui donnera accès aux différents sites, soit d’hébergement ou de compétition », a indiqué Jean Lounana Kouta, précisant que le deuxième module de l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville sera exclusivement réservé aux participants. Ce qui permettra une fluidité remarquable au niveau de l’aéroport.
La commission santé, appuyée par la contribution de l’OMS, assurera aux participants des dispositions de santé idéales. Conformément au cahier des charges signé avec l’Union africaine, toutes les dispositions ont été prises pour que les Jeux de Brazzaville soient propres. Aux frontières, a-t-il souligné, des dispositions sanitaires assez drastiques ont été prises pour lutter contre des maladies qui pourraient être un grand handicap pour la compétition.
L’organisation des transports a également fait l’objet d’une attention soutenue. En effet, le comité d’organisation a acquis près de 400 véhicules, de différents types, en partant des autocars au grand camion de transport des bagages, en passant par les voitures légères, pour assurer le déplacement des délégations.
Le directeur général du Coja a souligné que les navettes à l’intérieur du site de Kintélé (Village des Jeux et Complexe Sportif La Concorde) seront assurées par 14 bus et 50 véhicules légers, des véhicules électriques non polluants.
En ce qui concerne le logement et la restauration, les officiels techniques et tous les techniciens accompagnant les athlètes seront logés au Village des Jeux, situé à quelques kilomètres du Complexe La Concorde, dans un cadre idéal, a-t-il précisé. « Les athlètes participant aux Jeux africains seront logés deux par chambre, avec toutes les commodités, et avec un accès Internet », a précisé Jean Lounana Kouta.
Les autres invités officiels seront eux logés dans les différents hôtels de la place, alors que les chefs de délégation seront hébergés à l’hôtel Résidence Elonda. La Famille Sportive Africaine, les présidents des différentes confédérations seront logés dans des hôtels, en considération des préséances et privilèges.
Le secrétaire général des Jeux, Armand-Brice Opimba, a pour sa part garanti que le complexe sportif disposera d’une couverture réseau voix et data de qualité. « Le complexe sportif La Concorde est multidisciplinaire, il comprend le Stade de l’Unité de 60 055 places, le Palais des sports La Fraternité de 10 000 places, le complexe nautique de La Paix de 2 000 places, des stades d’entraînement, des courts de tennis, un bloc administratif, un hôtel de 100 chambres. Quatre gymnases ont été construits à travers la ville, dans les mêmes normes et qui comportent le même design, ainsi que la même capacité en vue de faire participer toutes les populations », a-t-il rappelé.