Aquarante-huit heures de la première réunion du conseil des ministres de la rentrée politique 2014, la question qui se pose est si le leader du PMSD et vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, participera à ces premières délibérations du Cabinet. En cette mi-semaine, ces milieux politiques avertis soutiennent qu’avant cette prochaine échéance, le bras de fer engagé entre le leadership du Parti travailliste et le PMSD au lendemain de la défaite aux dernières élections municipales aura amorcé une étape décisive. Des signes inéluctables se sont déjà fait sentir, avec notamment la Desk Clearing Operation des représentants du PMSD au sein du gouvernement ou encore la confirmation de la Fall Back Position professionnelle tout au moins du leader du PMSD en cas de démission en tant que vice-Premier ministre et ministre des Finances.
Le scénario le plus probable demeure des derniers échanges entre Xavier-Luc Duval et Navin Ramgoolam avant la réunion du conseil des ministres de vendredi. Cette étape pourrait prendre la forme d’un tête-à-tête entre les deux leaders mais des sources s’interrogent sur la pertinence d’une telle rencontre vu l’état des relations qualifiées de refroidies entre les deux partenaires de l’alliance gouvernementale avec pour toile de fond l’affaire Michael Sik Yuen.
D’aucuns affirment que ces contacts auraient déjà été établis alors que les tentatives d’obtenir confirmation officielle auprès du principal concerné ont été vaines dans la matinée. Du côté du service de presse du vice-Premier ministre et ministre des Finances, l’on faisait comprendre à la mi-journée que Xavier-Luc Duval a été à la rencontre de ses mandants de Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18), comme c’est le cas chaque mercredi. Par la suite, il s’est rendu à son ministère où il devait être en rendez-vous. La question qui mérite réponse est s’il franchira la porte du Cabinet Meeting Room au Treasury Building vendredi matin pour se retrouver à table avec le ministre Sik Yuen expulsé du PMSD.
Des proches collaborateurs du vice-Premier ministre et ministre des Finances avancent que celui-ci arrive difficilement à occulter son «dégoût» de la situation. Face à des rumeurs de Desk Cleaning que ce soit au ministère des Finances ou dans les bureaux des PPS ils avouent n’avoir aucune indication sur la tournure des événements à venir. Ce qui semble être sûr c’est que le PMSD pousse vers une révocation venant de Navin Ramgoolam au lieu d’avoir recours à un départ volontaire.
A ce stade, très peu de détails ont transpiré quant à la stratégie adoptée par le leader du PMSD quant au prochain Move sur l’échiquier politique. Depuis l’expulsion de Michael Sik Yuen des rangs du PMSD le 30 décembre dernier, il s’est muré dans un mutisme politique sauf pour remettre les pendules à l’heure quant à ses contacts allégués avec le leader du Remake 2000 et ancien président de la République sir Anerood Jugnauth.
Néanmoins, dans l’entourage politique de Xavier-Luc Duval, l’on n’hésite pas à faire comprendre que « les ponts entre le PMSD et le Labour au sein du gouvernement sont coupés ». Les Die hards de la rupture vont jusqu’à soutenir que « Xavier inn adopté enn posture de kamikaze politik » au vu « des humiliations essuyées au gouvernement au fil des mois ». Pour couronner le tout et même si aucune instance du parti n’a été convoquée pour avaliser toute décision, ils vont jusqu’à déclarer que « dan latet inn fini ale ! Inn fini kit gouvernman Ramgoolam ! Bizin get aster-la ki manier ek kan pe ale ! »
Sollicitations
D’autre part, les tractations autour d’une éventuelle appartenance d’Aurore Perraud, actuellement Private Parliamentary Secretary (PPS) du PMSD, au gouvernement travailliste après la scission annoncée, alimentent les conversations politiques et autres. Il n’est un secret pour personne que dans la conjoncture la PPS bleue fait l’objet de sollicitations pour assurer son soutien à Navin Ramgoolam.
Difficile d’affirmer ce que sera la position d’Aurore Perraud « at the material political time ». Actuellement, elle avance être davantage préoccupée par l’état de santé de sa mère « gravement malade » que par la partie d’échecs politique impliquant son parti. Mais d’autres au sein du PMSD croient dur comme fer qu’Aurore Perraud sera aux côtés de Xavier-Luc Duval dans les moments critiques.
L’opération visant à débaucher Aurore Perraud du PMSD vise un double objectif. Prioritairement, assurer une voix à la majorité gouvernementale de Navin Ramgoolam et ensuite faire la démonstration politique que « le PMSD se résume tout simplement à un clan familial ». Officiellement, le président du Parti travailliste, Patrick Assirvaden, a tenu, ce matin, à apporter une clarification suite à des commentaires de Kalyanee Juggoo, colistière d’Aurore Perraud à Port-Louis Nord/Montagne-Longue (No 4), au sujet d’une éventuelle intégration de la PPS bleue dans les rangs des rouges.
« Je suppose que la déclaration de Kalyanee Juggoo au sujet d’Aurore Perraud est plus une appréciation personnelle qu’autre chose », a déclaré Patrick Assirvaden, qui confirme que dans l’immédiat aucune réunion des instances dirigeantes du PTr n’est prévue au Square Guy Rozemont.
Au sein du Parti travailliste, l’on spécule sur le fait que la décision du PMSD de quitter le gouvernement ne ferait pas l’unanimité à tous les échelons. « Nous croyons savoir que le président du PMSD ne serait pas très chaud avec les nouvelles orientations politiques. En tout cas, il n’a pas été très bavard sur ce chapitre. Il y a les anciens du MR, qui ont intégré le PMSD et qui ont des réserves au sujet de la rupture. Nous sommes véritablement dans une position de Wait and See », avance-t-on du côté du PTr avant la prochaine réunion du conseil des ministres avec l’imbroglio politique susceptible de se décanter…