Alors que les stages de formation constituent une partie importante des programmes de formation dispensés par l’École Hôtelière Sir Gaëtan Duval à Ébène, l’institution a introduit un nouveau mode d’enseignement en vue de permettre à ses étudiants d’avoir une véritable expérience professionnelle. Les étudiants en deuxième année de Diploma Tourism Management sont ainsi appelés à organiser un événement dans le cadre de leur module Actions Professionelles. Richita Nadan et Manoosha Armoogum ont opté pour la tenue de débats intercollèges afin de marquer la journée mondiale du tourisme le 27 septembre. Au Mauricien, les deux étudiantes de cette filière racontent leur expérience.
C’est dans l’un des différents modules du programme d’études de Tourism Management, que les étudiants souhaitant faire carrière dans l’hôtellerie et les relations publiques sont initiés aux techniques pour mettre sur pied un événement. Outre les examens théoriques, les étudiants ont six projets parmi lesquels ils doivent organiser un événement de leur choix. « Cette démarche nous permet de développer notre professionnalisme et d’entrer de façon plus réelle dans le monde du travail », souligne Richita Nadan. Or, cette année, ces deux jeunes ont décidé d’organiser un concours de débats inter-collèges. « Nous avons voulu faire quelque chose qui soit en relation avec l’éducation et en même temps le faire lors de la journée mondiale du tourisme », disent-elles. Et de poursuivre : « Dans un premier temps, nous avons pensé organiser quelque chose pour les élèves de la zone 3 mais compte tenu de nos ressources limitées, il était préférable d’adresser le concours uniquement aux jeunes du district de Grand-Port qui comporte moins de collèges. » Leur choix de projet approuvé en mai, il ne restait plus pour ces jeunes qu’une autre étape à franchir : son exécution.
Leur projet sera évalué sur divers critères et les points seront comptabilisés dans le cadre de leur licence. À la fin de ce projet, ils devront soumettre un rapport par groupe.
Si les étudiants de l’École hôtelière ont souvent l’habitude de mettre en place des activités, organiser tout un événement n’a pas été chose facile pour eux. Au niveau de la planification, elles ont rencontré certaines difficultés, disent-elles, notamment pour établir des contacts avec des personnes ressources et pour trouver des firmes pour parrainer l’événement. « Grâce à cet exercice, nous avons appris à connaître les procédures pour la conception d’un événement. Maintenant, nous savons vers quelles autorités se référer pour certains types de démarches », confient les deux étudiantes. Par ailleurs, lors de l’organisation des différentes manches du concours, ces jeunes disent avoir rencontré d’autres problèmes. « Lors des préliminaires, nous avons eu à faire face à l’absence d’un membre du jury, nécessitant d’autres arrangements. Et pour la première rencontre, un établissement nous a prévenu à la dernière minute qu’il ne participait plus, ses élèves n’étant pas prêts », raconte Richita Nadan. « La gestion de notre temps, affirment ces étudiantes, était tout aussi importante, surtout lorsqu’il s’agissait de respecter le délai pour l’organisation et éventuellement la tenue de notre debate competition. »
Toutefois, si ce projet a représenté des défis académiques pour ces étudiants, ils se disent satisfaits de l’expérience acquise. « Nous devions faire face à pas mal de difficultés et de situations auxquelles nous ne nous attendions pas, mais certes, nous avons pu en tirer certaines leçons. » La finale du debate competitions se tiendra le 27 septembre au Preskil Beach Resort.