Toutefois, les répercussions de la situation économique difficile sur le front européen sont diversement appréciées avec l’Hôtel du gouvernement misant sur le concept de niche pour soutenir que Maurice devrait, encore une fois, tirer son épingle du jeu, en évitant les soubresauts économiques de plein fouet. Dans le camp des opérateurs économiques, l’on prend la mesure de la tendance sur le plan international pour procéder à des rajustements en gardant le faible espoir que « the worst may be behind us ». Au fond, rien n’est encore si sûr, compte tenu des épais nuages gris, qui s’amoncellent à l’horizon de la Zone Euro.