« Alors que la vision gouvernementale est orientée vers l’avenir, sur ce qui doit être fait pour développer le pays et en faire un endroit où il fait bon vivre, l’opposition vole au ras des pâquerettes », a lancé ce matin le VPM et ministre des Finances en guise de réponse aux critiques formulées par l’opposition à son encontre ces derniers jours et sur la polémique autour d’une réponse parlementaire la semaine dernière. Xavier-Luc Duval a observé que pour l’opposition toutes les occasions sont bonnes pour critiquer le gouvernement et faire croire que la situation économique est mauvaise.
Pour le ministre des Finances, l’opposition doit savoir ce qu’elle veut dire. « Avant le 1er-Mai, elle avançait que l’économie du pays est au bord du gouffre et maintenant elle vient dire que Duval a menti à la Banque mondiale pour dire que la situation est difficile. Est-ce que les membres de l’opposition n’écoutent pas ce qu’il disent : soit le pays est au bord du gouffre économique, soit j’ai menti. »
Le VPM a estimé que la situation économique mondiale exige qu’il y ait des actions et des réactions du gouvernement. « Il nous faut être proactifs par rapport à l’avenir », a déclaré le Grand argentier.
Concernant la lettre qu’il a adressée à la Banque mondiale et dont une copie a été diffusée à la presse ce matin, Xavier-Luc Duval a expliqué que cette instance avance de l’argent sous forme de prêts à Maurice et donne des conseils au pays. « Dans la situation actuelle nous voulons les deux (NdlR : prêts et conseils). Nous avons expliqué que Maurice a bien fait dans le passé mais qu’il y a des risques pour l’avenir et souhaitons son soutien en vue de les surmonter. » Le VPM a cité un extrait de la lettre dans laquelle il affirme que « under the new baseline scenario, and assuming no further deterioration in the international economic outlook, economic growth is expected to be close to 3,75 % or lower instead of 4 % expected a few months back. The weakening is mostly due to lower growth expected in the export markets. C’est seulement s’il y a un risque de retard dans le flux d’investissement et l’exécution des projets que la croissance tomberait en dessous des 3 % », a ajouté Xavier-Luc Duval.
Le ministre des Finances a rappelé que le pays a déjà, sous le gouvernement de SAJ, obtenu une croissance de 1,6 % et une croissance de 2,6 % en 2005 . « Il n’est pas impossible qu’un pays obtienne une croissance de moins de 3 % », a-t-il précisé.
Cependant, Xavier-Luc Duval s’attend à ce que la croissance tourne autour de 3,75%. « Dans la lettre concernée nous disons à la Banque mondiale que notre croissance est de 3,7 %, de nous prêter de l’argent et que si la situation continue notre croissance pourrait être moins de 3 %. C’est un storm in a teacup. »
Par ailleurs, « Moody’s a annoncé qu’il compte upgrade notre classement. L’exportation est en hausse malgré la situation, le centre offshore fait bien également malgré le problème de l’Inde ».
Xavier-Luc Duval a évoqué rapidement sa participation au World Economic Forum à Addis-Abeba. Le ministre des Finances a eu l’occasion de participer à une table ronde et de rencontrer plusieurs personnalités africaines afin d’assurer la visibilité de Maurice. Il a annoncé l’arrivée prochaine d’une délégation gabonaise dirigée par le ministre gabonais des Finances pour la signature d’un accord sur le traité de non double imposition. Une délégation nigérienne est également attendue à Maurice pour la signature d’un accord de non double imposition et d’un autre concernant la promotion et la protection des investissements.
Xavier-Luc Duval a finalement demandé à l’opposition de faire preuve de patriotisme.