C’est en ces termes que l’entraîneur Ramapatee Gujadhur a qualifié, à chaud, les réussites de King Fahiem et Beautiful Bhutan. En effet, si on s’attendait à un sursaut d’orgueil de la casaque bleu électrique et écharpe rouge, sevrée de victoire depuis celle acquise par Sweep Forward lors de la cinquième journée, on fut loin d’imaginer qu’elle allait le faire par l’entremise de ces deux outsiders, confiés pour l’occasion à Sunil Bussunt. Le Mauricien a ainsi profité pour ouvrir son compteur 2014 après avoir flirté avec la victoire en deux occasions.  Quant à Noël Callow, il continue à manger son pain noir et un réveil de sa part ce samedi n’est pas à écarter.
La journée débuta en fanfare pour la vieille écurie du turf avec King Fahiem qui remporta enfin sa première victoire sur notre turf après vingt-quatre tentatives infructueuses. Aligné cette fois dans un champ moyen, le fils de Camden Park a su saisir sa chance pour ouvrir son palmarès mauricien. « Je pense que j’avais fait une erreur lors de la première journée lorsque je l’avais chased au départ. Cette fois sur le kilomètre, je me suis dit qu’ils iront assez vite et que c’était plus opportun de lui donner une course tranquille. Je pense que ça l’a beaucoup aidé. Au sortir du dernier virage j’étais confiant car je voyais que le cheval de Veale versait quelque peu à l’extérieur », a déclaré Busunt.
Pour Ramapatee Gujadhur, il était temps que King Fahiem remporte sa première victoire. « Je dédie cette victoire à Sunil. Depuis janvier il nous donne un sacré coup de main à l’entraînement et il fait toujours de son mieux. Pour revenir à King Fahiem, nous pensions qu’il ne fallait pas le bounce. Mais il faut reconnaître que c’était un lot très médiocre et les circonstances l’ont beaucoup aidé avec Destiny’s Tale manquant son départ. On était desespéré avec King Fahiem et on se disait que s’il ne montrait pas quelque chose aujourd’hui, on allait le mettre en vente. »
« Beautiful Bhutan n’est pas un cheval d’entraînement »
L’écurie Gujadhur et Sunil Bussunt réalisèrent le coup de deux dans l’épreuve suivante avec Beautiful Bhutan qui ne mit pas longtemps à s’illustrer sous ses nouvelles couleurs. L’ancien pensionnaire de l’écurie Serge Henry, réputé pour un être sujet difficile, a suivi en midfield avant de sortir un puissant coup de reins qui laissa pantois nombre d’observateurs. « Je pense qu’il n’est pas un cheval d’entraînement. Il ne montre rien au training. Même lors de son barrier trial, j’ai dû le chase sur tout le parcours. C’est un coursier qui a tendance à s’arrêter. Vu qu’ils n’allaient pas vite devant, j’ai décidé de faire mon move au 600m et le cheval a bien répondu. Mais c’est un fait que j’ai dû le monter durant tout le parcours », a expliqué Sunil Bussunt qui a tenu à dédier cette victoire à ses employeurs, en l’occurrence MM. Ramapatee, Gopal et Mukund Gujadhur et l’apprenti Avi Chummun qui s’est grièvement blessé à Floréal vendredi dernier.
« Tous les experts me disaient que Beautiful Bhutan avait besoin d’une course. Après son galop de mardi, on l’a soumis à un barrier trial malgré un strong spurt. Il est rentré au paddock soufflant beaucoup. J’ai insisté pour qu’il coure en raison de sa première ligne. C’est un cheval qui est un peu rogue et qui refuse de travailler. Je me suis dit qu’avec son numéro de corde il allait se retrouver au milieu du peloton et qu’il ne va pas refuser de courir. Ce n’est déjà pas facile de gagner une course, en remporter deux l’est encore moins. C’est un doublé inattendu qui, cependant, est le bienvenu par les temps qui courent  », a pour sa part soutenu Ramapatee Gujadhur.