Les années se suivent et se ressemblent pour l’écurie Mahess Ramdin. Alors que pour certaines formations réaliser des doublés et des triplés constituent une norme, pour l’écurie Mahess Ramdin savourer une victoire est devenu presque un luxe. La saison dernière s’est révélée être un véritable chemin de croix pour cette formation qui n’a eu que sept petites victoires à se mettre sous la dent. Le début de rêve marqué par les victoires de Baron Blixen et Royal Day lors de la troisième journée n’aura finalement été qu’une illusion car entre cette dernière victoire et la troisième, la traversée du désert a été longue de dix-neuf semaines. Si la fin de saison fut moins douloureuse, force est d’admettre que l’écurie Mahess Ramdin a eu toutes les peines du monde à se faire une place au soleil.
La faiblesse de cette écurie se situe tant au niveau de la quantité que de la qualité. A quelques jours du coup d’envoi de la saison, la situation n’a pas beaucoup évolué.  14 chevaux forment l’effectif de cette écurie, dont six nouveaux. Si la création de l’écurie Jean-Michel Henry lui a été préjudiciale avec le départ de pas moins de quinze chevaux dont Captain’s Key, Royal Day, Smartelli et Highland Jet, les vainqueurs de la saison dernière, Shailesh Ramdin voit sa tâche davantage compliquée avec les indisponibilités de Darcy’s Arcy et Surprising Dream, tous deux blistered et au repos forcé aux écuries du Domaine Les Pailles. Au vu de ce qui reste comme anciens, Shailesh Ramdin n’a d’autre choix que de se tourner vers ses nouveaux pour entretenir une lueur d’espoir.
Richard Duval comme assistant-entraîneur
Valeur du jour, six de ceux-là sont déjà sur place. Il s’agit d’Al Romanov, Dream In Combat, King’s Soldier, Judge The Stride, Royal Performer et Everlast. Avec quatre autres éléments attendus en avril prochain, Shailesh Ramdin veut tout recommencer à zéro. Mais le jeune entraîneur est on ne peut mieux placé pour savoir que tout miser sur les nouveaux est un pari audacieux.
Pour l’aider dans sa tâche, il pourra compter sur Richard Duval qui agira comme assistant entraîneur. Ce dernier est une figure qu’on ne présente plus au Champ de Mars pour avoir lui-même dirigé une écurie par le passé. Même si cela fait longtemps qu’il a rendu son tablier d’entraîneur, Richard Duval n’a pas été coupé du monde hippique local pour autant, car on l’a vu en tant que propriétaire à l’écurie Rameshwar Gujadhur et tout récemment à l’ecurie Serge Henry. Connaissant bien le giron, il mettra sans aucun doute son expérience à contribution pour maintenir cet établissement à flot.
Pour revenir aux nouveaux, on retiendra Al Romanov, un produit de Captain Al, qui devrait bien se défendre s’il s’adapte aux conditions locales, King’s Soldier qui, sur le papier, semble être un élément prometteur et Everlast, un two-time winner.
En attendant que ces chevaux soient en état de courir, c’est fort probablement en spectateur que l’écurie Mahess Ramdin assistera aux premières joutes de la saison car, hormis Pride Of Prussia, ses autres pensionnaires ont joué aux abonnés absents à l’heure des galops.