Après de longues semaines de disette, l’entraînement Maingard commence à reprendre du poil de la bête. C’est du moins le premier constat qu’on peut faire car cela fait trois semaines de suite que cette formation se retrouve dans la winner’s enclosure. Samedi dernier c’est un doublé qui est tombé dans l’escarcelle du tandem Maingard-Joorawon grâce à Roventas et Captains Bounty.
« Ces deux victoires étaient attendues », a d’entrée de jeu déclaré Rye Joorawon. « Comme vous le savez, l’écurie est passée par des moments difficiles mais heureusement que les choses commencent à se mettre en place. Le seul bémol c’est qu’il ne reste que cinq journées avant la fin de la saison (rires). Donc l’objectif principale est de terminer cette année sur une plaisante note », a poursuivi notre interlocuteur.
Commentant la victoire de Roventas, Rye Joorawon dira que le cheval lui avait donné entière satisfaction le mardi précédant sa course et qu’il lui accordait une très bonne chance dans ce lot peu compétitif. « Je pense que les oeillères ont joué contre lui à sa précédente sortie. On lui avait mis ce harnachement en espérant qu’il se montrerait plus percutant car il avait réalisé ses meilleures courses avec en Afrique du Sud, mais on a constaté qu’on s’est lourdement trompé », a soutenu le cavalier Mauricien.
Ricky Maingard a abondé dans le même sens dans sa déclaration d’après course. « Des amis en Afrique du Sud m’ont recommandé de le faire porter des oeillères car, me disaient-ils, il sera un bien meilleur cheval. Cela s’est révélé être une grave erreur, surtout sur un 1400m. On est content de n’avoir pas eu à attendre longtemps pour connaître la raison derrière sa dernière contre-performance », a déclaré l’entraîneur. Selon lui, on devrait voir le meilleur de Roventas la saison prochaine, surtout sur 1500m voire 1600m.
« Je m’attendais à mieux de Parado »
Le doublé intervint par l’entremise de Captains Bounty qui renoua avec le succès plus d’un an après sa dernière victoire. Battu à la régulière à chacune de ses sorties cette saison, le fils de Captain Al profita du fait qu’il retrouvait une valeur plus à sa convenance et des circonstances favorables pour se rappeler aux bons souvenirs de ses partisans. « Le cheval avait beaucoup progressé après sa dernière course sur une distance visiblement trop courte pour ses réelles aptitudes. Cette fois, non seulement retrouvait-il un parcours plus dans ses cordes, il avait aussi hérité d’un meilleur numéro dans les boîtes de départ. Ce qui fait que tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il remporte sa première victoire de la saison », a déclaré Joorawon. Contrairement à ses trois dernières sorties où il n’a pu adopter sa tactique favorite, Joorawon s’assura cette fois que son coursier soit aux avant-postes. « Les instructions étaient effectivement de diriger les opérations et même si un concurrent venait à nous disputer le commandement, j’aurais insisté. Il ne faut pas oublier que Captains Bounty a remporté ses deux victoires à Maurice en imposant sa loi. Donc, être à l’avant était la meilleure façon de l’emporter», a soutenu le recordman de victoires au Champ de Mars.
Au rayon des déceptions, Rye Joorawon a cité sans hésitation Parado qui n’a pu faire mieux que cinquième à 3,12L d’Always Flirting dans un champ de sept partants que constituait la deuxième épreuve de cette 29e journée. « Je m’attendais à une bonne course de sa part, même le voir gagner car il avait bien travaillé à l’entraînement. Malheureusement il n’a pu reproduire cette forme en course. Je pense qu’il faut lui enlever les oeillères car même avec ce harnachement, il s’est montré lent au départ », a déclaré Joorawon visiblement très déçu de la performance de cet alezan.
En ce qu’il s’agit de Counts Rocket, Joorawon dira que c’est un coursier qui a un certain potentiel mais qui a tendance à se montrer trop ardent en course et à l’entraînement. « Cette fois, ça a été un peu mieux. Je voulais mener mais le cheval à mon intérieur s’est montré tout aussi rapide. Je pense que c’est un cheval qui devrait profiter de l’intersaison pour mieux s’acclimater aux conditions locales. Il est à revoir.»