Le verdict est tombé et la surprise a été de taille à l’arrivée de The Barbé Cup, avec la victoire de l’outsider Polar Bound (39-1) de l’écurie Rameshwar Gujdahur, piloté par le nouveau venu Fausto Durso. La joie fut indescriptible du côté de l’entraîneur, de son fils Subiraj et des propriétaires du cheval. On peut les comprendre, car ils étaient peu nombreux à oser penser que Polar Bound pouvait faire un pied de nez à la hiérarchie.
Cinq “Barbé” pour Rameshwar Gujadhur, mais le premier pour le compte de l’écurie qui porte son nom.
«Je dirai que les quatre premiers furent l’oeuvre d’une équipe composée de Budheswar, Damodar, mon fils Subiraj et de moi-même. Nous avons gagné avec Empire State, Orkney Islands, Evader et Champion Warrior. La victoire la plus mémorable demeure celle d’Empire State. Ce cheval nous était arrivé dans un piteux état après un voyage par bateau. Il avait eu la peau brûlée par l’eau salée. On a dû prendre beaucoup de patience pour le remettre en état après un séjour à Poste Lafayette. Je n’oublierai jamais cette victoire.» dira d’emblée l’entraîneur.
La victoire de Polar Bound est une surprise en dépit du fait que le cheval avait travaillé de brillante façon le mardi matin précédant la course.
« En fait, on attendait un succès classique de sa part dès l’année dernière. Il avait été spécialement acquis pour concourir dans les grandes courses. La malchance fut de notre côté dans la Duchesse de 2013 aussi bien que dans la Barbé Cup. Je trouve que s’il est vrai qu’il peut ne pas avoir l’étoffe des meilleurs, il n’eut pas le bénéfice d’obtenir de bons parcours. Cette victoire vient démontrer que I can do things by myself with my son and Damodar.»
À winning gallop
Rameshwar Gujadhur a tenu à souligner qu’un silent hope subsistait à l’issue de son galop sur la grande piste mardi dernier.
« Il avait travaillé sur 1400m (1:37) et terminé en 24:2, tout en bouclant le dernier kilomètre en environ 61s. Il était à son summum et tous ceux présents dans le rond de présentation peuvent en témoigner. Après son travail, j’ai dit à ses propriétaires que je ne pouvais déclarer le cheval comme un vainqueur, mais qu’il avait réalisé un winning gallop.»
Reste qu’il avait à affronter un champ redoutable composé de Tales Of Bravery et Tandragee pour ne citer qu’eux.
«On s’attendait à une course difficile et je dois reconnaître que la chance fut de notre côté cette fois. Je dois aussi souligner l’apport de Fausto Durso. C’est vraiment un top jockey. Je me suis aventuré à le comparer à Joe Gilmore car il possède, à mon avis, la même force du poignet et un très bon jugement. Je ne pense pas me tromper en disant qu’on n’a pas encore vu le meilleur de ce Brésilien. »
Pour revenir à Fausto Durso, il faut savoir que le jockey avait été déniché par un copain intime de Subiraj Gujadhur. En fait, il fut même question de l’engager dès 2010, mais les choses n’étaient pas allées plus loin vu que l’effectif de l’écurie ne s’y prêtait pas à l’époque.
Fausto Durso signa trois victoires au cours du week-end, mais un doublé pour le compte de son employeur. À la question de savoir s’il avait été demandé au jockey de suivre de près avec Chequer, l’entraîneur répondit par la négative.
«Je donne très rarement des ordres spécifiques, mais plutôt des guidelines. J’avais demandé au jockey de suivre en midfield et le monter à partir du 400m. Il s’est adapté au rythme de la course et a fait la différence.»
Rameshwar Gujadhur soulignera que la moisson aurait pu être meilleure.
« Je trouve que Midnight Master aurait pu connaître un meilleur résultat si le jockey s’était adapté à la piste. Cela dit, le cheval a couru en progrès et cela augure de bonnes choses pour la suite de la saison. If luck remains on our side, we will have a very good season. »
C’est en tout cas tout le bien qu’on peut lui souhaiter.