Après avoir affiché des ambitions démesurées la saison dernière, l’écurie Pertaub se montre beaucoup plus prudente avec la nouvelle campagne qui commence ce samedi. En effet, l’entraîneur de l’écurie Randheer Pertaub reste, certes, un homme confiant en ce qui concerne son écurie, mais il avoue que sa tâche ne sera guère facile face aux écuries les mieux armées. «Laissons d’abord la saison commencer et nous verrons petit à petit comment les choses vont évoluer», a-t-il confié à Turf Magazine.
En effet, si la saison dernière l’écurie Pertaub avait les moyens d’afficher des ambitions légitime avec un yard de plus d’une trentaine de chevaux, tel ne sera pas le cas pour 2015. La saison commence pour Randheer Pertaub avec un effectif assez maigre de seulement  16 unités. «C’est vrai de dire que mon écurie ne va commencer la saison qu’avec 16 chevaux, mais j’ai en projet de faire venir d’Afrique du Sud une demi-douzaine de chevaux pour consolider mon écurie», a tenu à rappeler l’entraîneur.
Randheer Pertaub soutient qu’il attendait la sortie du rapport de la Commission d’Enquête sur les courses avant d’agir. «Maintenant, après la publication du rapport, on sait sur quel pied danser et aussitôt que je trouverai du temps j’irai en Afrique du Sud pour faire l’acquisition de 5 ou 6 chevaux», avance notre interlocuteur. Ce dernier ajoute qu’il achètera deux chevaux de groupe et quatre coursiers assez solides qui devraient très vite entrer en opération.
Même s’il ne dispose pas des mêmes conditions de la saison dernière, Randheer Pertaub, fidèle à son image, ne baisse pas les bras. Il ne veut surtout pas débuter cette nouvelle saison la fleur au fusil. «Durant l’intersaison j’ai beaucoup bossé avec mes chevaux et je pense qu’on ne devrait pas tarder à voir les résultats. Avec Yahsin Emamdee les choses se sont bien passées et c’est dommage que le Mauritius Turf Club ait repoussé la date de la première course classique de la saison. La Duchess Cup est une course que j’ai toujours voulu remporter. Cross fingers pour que mon représentant dans cette épreuve, Perfect Circle, saura me faire honneur. Il  a déjà commencé un travail de fond», explique-t-il encore.