On reprend les mêmes et on recommence, serait-on tenté de dire en ce qu’il s’agit de l’établissement Serge Henry pour la saison 2014. L’entraîneur le plus prolifique du Champ de Mars misera sur son expérience et l’ancienne garde pour tenter de réussir une aussi bonne moisson qu’en 2013 où il avait ramené 31 gagnants pour Rs 6.9M de gains remportés.
La compétition devient de plus en plus dure. Ce n’est pas Serge Henry qui nous dira le contraire. Cet entraîneur s’est contenté, la saison dernière, d’une modeste septième place au tableau final alors qu’il terminait cinquième une année plus tôt. Ce qui demeure une performance honorable, car compte tenu qu’il ne possédait pas un effectif des plus étoffé, il enregistra dix victoires de plus par rapport à 2012. Le fait marquant en 2013 pour Serge Henry fut son accession au statut d’entraîneur le plus prolifique du Champ de Mars grâce aux victoires de Fifun et Burberry lors de la vingt-sixième journée. Il détronait ainsi son frère Philippe qui occupait ce rang depuis plus de huit années.
Cependant, il est loin le temps où Serge Henry écrasait tout sur son passage. Il est bon de rappeler que cette écurie compte à son tableau de chasse pas moins de 8 titres de champion, la plupart acquis entre 1996 et 2008. Par la suite, après trois saisons sur le podium, elle a graduellement perdu des rangs pour se retrouver au millieu du tableau. Durant ce laps de temps, l’entraîneur a été confronté à des ennuis de santé et au départ de son fils Jean Michel qui vole aujourd’hui de ses propres ailes. Cependant, il peut depuis l’année dernière compter sur le soutien de sa fille Nathalie dont la demande d’une licence d’assistant entraîneur n’a toutefois pas été approuvée par les administrateurs du MTC.
Cette année encore, l’état-major n’a pas cassé la tirelire durant l’intersaison. Six nouvelles unités ont été acquises et sont déjà sur place. Du lot, on retiendra la présence de Cherbourg, un 5-ans auteur de 4 victoires en 24 sorties, qui fait partie du contingent du 8 mars. Avec un Rating local de 63, il épaulera Seattle Ice qui peut encore se montrer utile dans les épreuves principales. Avec seulement deux représentants détenant un Rating supérieur à 60, on peut avancer que l’écurie n’a pas placé la barre haut cette saison encore. Car, qu’on se le dise, le championnat se joue souvent dans les classiques et les grandes courses. Toutefois, Serge Henry compte dans ses rangs quelques éléments qui lui seront utiles dans les épreuves moins richement dotées, à l’instar de Donnie Brasco qui s’était signalé lors du week-end international ou encore Beacon Flare, Halabaloo, Prince Alwahtan qui nous ont déjà montré leur potentiel. On constate que plusieurs chevaux comme Pick Six, Ballito Boy, Imperial City, ont été mis à la retraite durant la trêve.