Les enfants ayant un frère ou une soeur dans une star school pourront aussi y faire une demande d’admission même s’ils n’habitent pas la zone définie. C’est ce qu’a décidé le ministère de l’Éducation qui a reçu « des représentations » à ce sujet l’année dernière. Les maîtres d’école, eux, se demandent à qui ce nouveau règlement va profiter et considèrent que c’est une « marche arrière » du ministère qui voulait mettre de l’ordre dans cette affaire.
Les responsables des écoles primaires ont reçu hier un circulaire du ministère de l’Éducation leur demandant de considérer les “siblings” pour les admissions en Std I qui ont déjà démarré. Une recommandation tout à fait logique, surtout qu’elle est déjà pratiquée dans certaines écoles. Sauf qu’il leur a été demandé d’accepter également les frères et soeurs se trouvant en dehors des “catchment areas”.
Cette mesure concerne particulièrement les 35 écoles à forte demande. Or, le ministère de l’Éducation a procédé l’année dernière à un redécoupage des “catchment areas” et a introduit de nouveaux règlements pour décourager les tricheries. Les maîtres d’école, qui se disent « perplexes » devant ce circulaire qui ressemble à une « marche arrière », se demandent ainsi à qui va profiter ce nouveau règlement. « On a introduit un nouveau système impliquant même la police et là on vient nous dire le contraire », laisse entendre un maître d’école qui ne cache pas sa surprise.
Ce dernier se demande également si en acceptant les frères et soeurs se trouvant en dehors de la “catchment area” on n’est pas en train de donner le mauvais exemple. « Si ces enfants sont en dehors de la catchment area, comment se fait-il que leurs frères ou soeurs soient à l’école ? Veut-on permettre aux parents de tricher une deuxième fois ? »
Un autre responsable d’école se demande « pourquoi ce règlement n’a pas été mentionné dans le communiqué officiel du ministère sur les admissions en Std I ? » Ce dernier est aussi d’avis que des « gros palto » auraient fait pression pour faire admettre leurs enfants dans les “star schools”. « Avec les nouvelles mesures l’année dernière, ils ont été pris de court, car il fallait faire certifier le lieu de résidence par la police de la localité. »
Sollicité sur la question, le responsable de communication du ministère avance que cette mesure n’est pas nouvelle, même si elle est appliquée pour la première fois. « Cette mesure était incluse dans les Regulations de 2013 et elle s’appliquera uniquement pour les cinq ans à venir. »
Il ajoute que des « représentations ont été faites » l’année dernière pour considérer les enfants ayant des frères et soeurs déjà à l’école. « Nous avons simplement demandé aux maîtres d’école d’avoir un oeil bienveillant sur ces cas. »