Lalit a exprimé le souhait de faire partie de l’opposition parlementaire et extraparlementaire dans le cadre des prochaines élections. C’est ce qu’a déclaré Linsey Collen lors d’une conférence de presse à Grande-Rivière-Nord-Ouest hier en présence d’autres membres du parti et lors de laquelle Lalit a rendu public son programme gouvernemental.
Linsey Collen devait préciser que Lalit n’est « nullement intéressé » à prendre la responsabilité d’un gouvernement, mais que le parti souhaite avoir sa place au Parlement pour continuer à défendre son programme qui, dit-il, « est un travail continu ayant commencé il y a 30 ans ». Deux mois durant, les membres de Lalit, fait ressortir Shabeela Kalla, ont travaillé sur le programme pour le finaliser « avec l’apport de tous ».
Linsey Collen estime que les deux alliances politiques qui se sont constituées pour cette élection (l’alliance Ptr-MMM et l’Alliance Lepep) font partie « de la même famille politique ». L’Alliance Lepep, qui se présente comme le principal challenger de l’alliance Ptr-MMM, est en effet constitué du MSM qui, rappelle Lalit, « est un ex-allié du Ptr et un ex-allié du MMM ». Pour sa part, Xavier-Luc Duval, rappelle Linsey Collen, a été jusqu’à tout récemment ministre des Finances au sein du gouvernement, « tout comme l’a été Pravind Jugnauth après les dernières élections ». Idem pour les membres du Mouvement Liberater, qui faisaient partie du MMM jusqu’à récemment. Pour Linsey Collen, l’électorat se retrouve donc en présence d’une alliance « blanc bonnet » face à une autre « bonnet blanc ».
« La candidature de Lalit dans cette élection vise à constituer une véritable opposition parlementaire et extra-parlementaire. Ce qui est difficile en raison d’une certaine corruption intellectuelle visant à créer une bipolarisation du débat politique », estime Linsey Collen, qui insiste sur le fait que Lalit souhaite être dans l’opposition parlementaire, « mais pas dans le gouvernement ».
Lalit a également présenté son programme gouvernemental, et « nous sommes le premier à le faire », a-t-elle dit. Pour sa part, Ram Seegobin a, en réponse aux questions de la presse, affirmé que Lalit considère l’alliance Ptr-MMM ainsi que le projet de IIe République comme un « danger pour la démocratie ». L’Alliance Lepep, elle, « n’a rien de nouveau », dit-il, déplorant que celle-ci a un programme « vague et populiste » à présenter aux Mauriciens. « En tant qu’opposition, nous pourrons défendre notre programme et avoir plus de gens se raliant à ce programme », a-t-il dit.
Tenant en compte que le Best Losers System est « toujours présent et n’a pas été éliminé », Lalit a tenu à ce que ses candidats décident de la communauté à laquelle ils appartiennent ou de ne pas décliner leur candidature, et ce en fonction d’un tirage au sort. Ainsi, « les candidats choisiront entre les quatre communautés prévues par la Constitution et une 5e option, en l’occurrence de n’appartenir à aucune communauté ». Les candidats de Lalit ont choisi leur communauté selon ce système depuis plusieurs annonces. « Ce système reste inchangé », précisent ses dirigeants. Lalit ne présentera pas trois candidats dans toutes les circonscriptions pour une raison pratique et stratégique. « Nous voulons nous mettre en opposition frontale avec les deux alliances sans avoir l’ambition d’entrer au gouvernement. De plus, nous ne sommes alliés à aucun parti », a insisté Linsey Collen. Par ailleurs, Ram Seegoobin estime que le programme politique de Lalit, ainsi que sa stratégie, sont différents de ceux de Rezistans ek Alternativ. « Nous demanderons aux électeurs de voter pour notre programme. »
Interrogé sur la possibilité que la carte d’identité biométrique soit réclamée aux électeurs, Ram Seegobin estime que cela constituerait « une nouvelle preuve du danger que représente cette nouvelle carte », poursuivant que « nous perdons nos lois une après l’autre ». De son côté, Linsey Collen attire l’attention sur le risque que « certaines personnes malhonnêtes confisquent les cartes de personnes sur lesquelles elles exercent un certain contrôle ».
Le programme de Lalit est publié dans une édition spéciale de sa revue bimestrielle. Il est disponible gratuitement en son siège à Grande-Rivière-Nord-Ouest et sera bientôt posté sur son site internet. Par ailleurs, Lalit a aussi procédé au lancement d’une série de programmes sur YouTube.