Photo illustration

– L’un est inscrit comme candidat indépendant et l’autre comme campaign manager dans la circonscription No. 1

– Contactés, les deux dirigeants en handisport, affirment ne pas avoir démissionné tout en précisant n’avoir pris qu’un «congé», de leurs activités sportives

Le Sports Act 2016 ne permet pas à un dirigeant de fédération de faire de la politique active. Et pourtant, deux dirigeants en handisports étaient bien présents mardi à l’école Renganaden Seeneevassen à Les Salines, pour le Nomination Day. Krisley Appadoo s’est inscrit comme candidat indépendant la circonscription No. 1 (Grande Rivière Nord Ouest-PortLouis ouest), alors que Jean-Marie Malépa y est en tant que campaign manager du député de l’Alliance National, Patrice Armance !

Pourtant, la section 6 (Functions and powers of National Sports Federations) de la Partie III du Sports Act 2016 est très claire à ce sujet. “A National Sports Federation shall, in the discharge of its functions and exercise of its powers (f) ensure that no person actively engaged in politics, coach or athlete sits on its Managing Committee or acts as chairperson of any of its regional sports committees or sports club affiliated with it.”

Malgré ce garde-fou, Krisley Appadoo et Jean-Marie Malépa se sont tout de même engagés, chacun à leur façon, lors des élections générales du 7 novembre prochain. Dans les deux cas, la logique aurait voulu qu’ils démissionnent de leurs postes respectifs. Quitte à devoir ensuite repasser par de prochaines élections au cas où ils décidaient de faire une croix sur la politique. Malheureusement, tel n’a pas été le cas. Contactés, les deux ont tout simplement affirmé avoir pris un «congé sportif» le temps que se terminent les élections générales.

Prenons d’abord le cas de Krisley Appadoo, membre de la Physically Handicapped Persons Sports Federation (PHYSFED) et surtout président de la Mauritius Paralympic Committee (MPC). Il a déclaré: «J’ai pris un congé de toutes les instances sportives jusqu’au 8 novembre, jour de la proclamation des résultats. Je déciderai de mon avenir de dirigeant sportif à l’issue du scrutin. Je verrai aussi si je continuerai à faire de la politique ou pas. » Tandis que Krisley Appadoo dit avoir recherché l’avis du ministère de la Jeunesse et des Sports sur la question. «On m’a fait comprendre que ce n’est que si je suis élu que je devrais démissionner.»

Lire l’article au complet dans l’édition du Week-End du 28 octobre.