La mise est sauvée pour les quelque 30 000 détenteurs de comptes à la Bramer Banking Corporation Limited. La State Bank of Mauritius (SMB) est venue à la rescousse de cette banque faisant jusqu’à jeudi partie du groupe BAI de l’empire de Dawood Rawat, qui est en possession d’un certificat médical de Harley Street en Angleterre à l’effet qu’il souffre d’Alzheimer. La SBM prend le contrôle sur le champ des opérations de Bramer à la suite d’une Conditional Offer soumise hier soir à l’approbation de la Banque de Maurice. De ce fait, les clients détenteurs de cartes de débit de la Bramer pourront dès cet après-midi accéder à leurs comptes à partir des ATM de cette banque. Avec cette mesure visant à alléger les difficultés des familles en ce week-end pascal, les autorités ne craignent nullement un Run-Down sur cette banque vu l’engagement pris par le gouvernement, par le truchement du ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo. Celui-ci a soutenu à l’intention des clients de cette banque, lors d’un point de presse, hier en début de soirée que « Zot pa pou perdi enn sou ! Zot larzan Safe ! ». Toutefois, il n’a pas manqué de s’appesantir sur l’envergure de ce Ponzi Scheme d’un montant variant entre Rs 20 md et Rs 25 milliards et d’ajouter que « le pays traverse une crise sans précédent ». Vu l’urgence de la situation et l’importance de l’intérêt national, une ligne de communications a été établie entre le ministre des Finances et le leader de l’opposition.
« Le Ponzi Scheme de la BAI est du Madoff dans le style de Maurice. Dans la conjoncture, le gouvernement doit assumer ses responsabilités dans l’intérêt national. Le gouvernement a demandé à la State Bank of Mauritius de prendre le contrôle de la Bramer », a déclaré le ministre des Finances. Il ajoute que cette démarche constitue un « gran soulazman » pour les clients de la Bramer, qui se voyaient être injustement pénalisés par cette décision en ce week-end pascal.
De leur côté, les membres du conseil d’administration de la SBM Holdings Ltd et de la SBM Bank (Mauritius) se sont réunis de toute urgence, hier, pour considérer la proposition du gouvernement pour le rachat de la Bramer et entériner les modalités. Pour les besoins de la Bourse de Maurice, la SBM a émis un communiqué faisant état d’une « conditional offer to purchase the assets and liabilities of Bramer Banking Corporation Limited (in receivership) subject to a due diligence exercise being carried out on Bramer and all regulatory approvals being obtained thereafter ». Les modalités de la transaction devront être communiquées au moment approprié.
Entre-temps, le ministre des Finances a souligné que « zot pa pou perdi enn sou ! Zot larzan Safe ! », « Nous savons quelle est la frustration et quelle est la souffrance des clients de la Bramer, qui sont sans le sou suite à un problème où ils ne portent aucune responsabilité. Nous avons négocié et obtenu la possibilité que les détenteurs de cartes de débit de la Bramer pourront effectuer des retraits à partir des ATM de cette banque dès cet après-midi », a fait comprendre Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui avait à ses côtés l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, et le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain.
Interrogé par Le Mauricien quant au coût de cette reprise de Bramer par la SBM, le ministre a fait comprendre que le plus important est de remédier à la crise qui a éclaté. « Si bizin swiv proseduir pou ena enn kriz sosyal san presedan dan le pays. Pou le moman, nou pa ine pran sa. La swit viendra apre », a-t-il dit en substance. Il a révélé que les institutions publiques ont des placements de Rs 2,3 milliards dans cette banque et Rs 800 millions pour la SICOM.
Avec la solution au traumatisme des clients de la défunte Bramer Bank, la cellule de crise au sein du gouvernement, comprenant les ministres Lutchmeenaraidoo, Bhadain et Yerrigadoo, compte se pencher de manière urgente en collaboration avec les deux Conservators André Bonieux et Mushtaq Oosman, nommés par la Financial Services Commission (FSC), sur le cas des 156 000 détenteurs de police d’assurance de la BAI. Le ministre des Finances se dit confiant que d’ici la fin de la journée de samedi, une solution pourra être présentée officiellement.
Dans ce cas de figure, il faudra s’attendre à un retour dans les locaux de la BAI et de Bramer des membres du personnel, jetés sur le pavé depuis hier matin. Pour les employés de Bramer, tous sauf les Executives, devront retrouver leurs postes dès la reprise. Pour ce qui est de la BAI, les modalités devront être communiquées officiellement au cours de ce week-end.
Au tout début de ce point de presse, en présence du Chief Executive Officer de la State Bank of Mauritius, Jairaj Sonoo et du tandem Bonieux/Oosman de PwC, Vishnu Lutchmeenaraidoo a dressé le bilan des « relations incestueuses entre Navin Ramgoolam et Dawood Rawat ». Quant à l’item de la One Time Endowment Policy de la BAI, cette dernière société a encaissé quelque Rs 22 milliards, représentant les contributions de quelque 24 000 clients.
« La BAI est un Ponzi Scheme à tous les points de vue. Un Ponzi variant entre Rs 20 et Rs 25 milliards. Un Ponzi nullement du ressort du présent gouvernement que nous avons à gérer. Nous avons eu à faire face à une situation extrêmement sérieuse. Avec l’incapacité de la Bramer d’injecter des capitaux de Rs 350 millions à la fin du mois de mars et les problèmes de liquidités, un risque réel de Running Down sur la banque pointait du nez. Tout écroulement (Collapse) de la Bramer aura un effet domino sur la BAI avec son Collapse également. Pourquoi ? En raison des relations étroites entre la BAI et Bramer », déclare le ministre des Finances dans un rappel des faits.
Comme révélé dans l’édition du Mauricien d’hier, l’opération de déminage de la BAI avait été entamée dès 18 heures, jeudi, suite à un échange de vues au sein de l’hémicycle entre le ministre des Finances et le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. À partir de là, la Banque de Maurice entérinait la révocation de la licence bancaire de la Bramer dans la nuit de jeudi à vendredi, et la Financial Services Commission prenant la relève avec les Conservators pour la BAI Co (Mauritius) Ltd.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a ajouté que le leader de l’opposition sera informé des développements dans cette affaire vu que le problème dépasse le cadre politique. « Nous avons décidé d’ouvrir une ligne de communication avec le leader de l’opposition pour le tenir informé. Il est pleinement conscient que la situation est extrêmement volatile », a-t-il dit avant d’ajouter que « nou pe deal avek enn Ponzi Scheme. Pa ene bebet normal ».
En conclusion, le ministre des Finances, qui est d’avis que « na pa kapav gouvern enn pei avek vanzans », a indiqué qu’à partir de lundi « bann koupab pou bizin peye »…