À la veille du repaiement des clients-victimes du BAI Ponzi Scheme, avec des placements de plus de Rs 1 million dans le Super Cash Back Gold, la Financial Intelligence Unit (FIU) met actuellement les bouchées doubles dans les enquêtes dans des cas présumés de Black Money. À ce jour, la National Property Fund Ltd a référé à la FIU 745 cas, dont 553 sous le Super Cash Back Gold pour un montant global de Rs 3 milliards et 212 autres cas en provenance de Bramer Asset Management Ltd. À hier soir, la FIU a annoncé qu’elle a déjà détecté 59 premiers cas présumés de Money Laundering, de Proceeds of corruption, d’évasion fiscale et d’Unexplained Wealth.
Ces dossiers ont déjà fait l’objet de Dissemination de Suspected Transaction Reports sous la section 14 du Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Toutefois, aucune indication n’est disponible quant à l’identité des clients du Super Cash Back Gold ou de Bramer Asset Management Ltd, et encore moins sur le montant de Black Money confirmé. Il y a un cas qui intéresse plus d’un : le dossier d’un proche parent d’une VVIP de l’Hôtel du gouvernement avec des fonds de plus de Rs 110 millions, dont Rs 90 millions dans le Super Cash Back Gold. Aucune des sources approchées n’a voulu confirmer si ce cas a déjà été référé aux instances compétentes pour enquête.
D’autre part, 25 autres cas ont déjà été Cleared avec la Financial Intelligence Unit, dont son aval à la National Property Fund Ltd pour le remboursement des placements, vu que les soupçons au sujet des Sources of Funds n’ont pas été confirmés.  La FIU souligne que « the remaining cases are being scrutinised. As and when cases are cleared, they will be referred back to NPFL for payment to investors and/or policyholders.  The public is again advised that the FIU is not allowed by law to provide any information whatsoever on specific cases ». D’autres communications devront suivre au fur et à mesure que les enquêtes progressent.
Toujours au plan de la fraude et de la corruption, le nouveau directeur général de l’Independent Commission Against Corruption, Navin Beekarry, qui effectue son comeback, a pris ses fonctions hier. Il a eu l’occasion de faire connaissance avec les membres de son état-major et du personnel de l’ICAC en général avant de s’attaquer à des High Profile Cases déjà initiés.