Les adolescents ne sont pas épargnés par les comportements à risques, une alimentation déséquilibrée, le tabagisme, l’alcoolisme et l’inactivité physique, qui sont responsables de 80 % des maladies coronariennes. Le ministère de la Santé a lancé hier une campagne de sensibilisation au Mahatma Ghandi State Secondary School de Centre-de-Flacq à l’occasion de la journée mondiale du coeur (célébrée le 30 septembre dans le monde) en vue de sensibiliser les collégiens sur les moyens de prévenir les pathologies cardio-vasculaires.
« Dès le développement foetal des enfants, les risques de souffrir plus tard de maladies cardiovasculaires existent et s’accroissent pendant l’adolescence à cause d’une alimentation déséquilibrée, de l’inactivité physique, de la consommation de boissons alcoolisées et du tabagisme », a indiqué le ministre de la Santé Lormus Bundhoo. « L’école est un lieu privilégié pour inculquer aux enfants des habitudes saines. Si nous arrivons à réduire les risques, la mortalité et la morbidité diminueront. »
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) met l’accent cette année sur la prévention des maladies cardiaques chez les femmes et les enfants. Chaque année, en effet, ces pathologies tuent dans le monde plus de femmes que d’hommes de plus de 60 ans. À Maurice, les maladies du système circulatoire sont les causes les plus communes de décès et représentent 58,5 % des décès. Et 31,4 % des décès étaient dus en 2012 aux maladies cardiaques. Le ministre de la Santé constate que la mortalité due aux maladies non transmissibles — maladies cardiaques, thrombose, diabète et maladies respiratoires — a légèrement diminué depuis 2006. De 488 décès pour 100 000 personnes il y a sept ans, ce taux était de 482 pour 100 000 en 2012. Le nombre de décès causés par des maladies cardiaques est notamment passé de 1 984 à 1 626 en 2012.
Selon le National Nutrition Survey de 2012, les Mauriciens se consacrent davantage à des activités physiques. Leur incidence a pratiquement doublé chez les adultes âgés de 35 ans à 54 ans entre 2004 et 2012 : 41 % des hommes et 23,3 % des femmes font des exercices physiques.
Par ailleurs, le Global School based Student Health Survey de 2011 indique que 21 % des collégiens âgés entre 13 et 15 ans ont un excès de poids et 6,2 % sont obèses. En outre, 40,6 % d’entre eux n’ont pas suffisamment d’activités physiques et passent trois heures ou plus à regarder la télévision et se consacrent à des jeux sur ordinateur. Alcool, tabac, obésité, inactivité physique, alimentation trop grasse, trop sucrée et trop salée constituent les principaux risques des maladies cardio-vasculaires.
23 % des collégiens en surpoids
Une étude du ministère de la Santé en 2009 a montré que 35,4 % des femmes âgées entre 25 et 74 ans souffrent d’hypertension, 22,8 % de diabète et 55 % ont un excès de poids ou sont obèses. Seulement 10 % des femmes disent pratiquer une activité physique et 33,8 % consomment une boisson alcoolisée au moins une fois par semaine.
Le ministère de la Santé indique qu’il existe « un besoin urgent de prévenir et de contrôler les maladies non transmissibles conformément aux engagements pris par les chefs d’États lors d’une assemblée de l’OMS en 2011 ». Les indicateurs d’une étude de la Santé en 2012 montrent que l’incidence de l’obésité chez les adultes a diminué et touche 17,6 % de la population âgée entre 20 et 49 ans, contre 22,9 % en 2004. Les maladies cardiaques tuent 17 millions de personnes dans le monde et 23, 6 millions de personnes en mourront en 2030, selon les estimations de l’OMS. À Maurice, les maladies cardiaques constituent la cause la plus commune de mortalité, soit 31,4 % des décès en 2012. Les maladies du système circulatoire sont responsables de 58,5 % de décès chez les Mauriciens.
Selon le Global School based Student Health Survey de 2011, 16,3 % des collégiens ont fumé une ou deux cigarettes pendant les 30 jours précédant l’enquête. 25,2 % d’entre eux ont bu un verre de boisson alcoolisée pendant la même période et 72,5 % ont pris leur premier verre avant l’âge de 14 ans.
Le ministère de la Santé organisera lors de sa campagne de sensibilisation des expositions, des conférences de cardiologues, des émissions à la télévision et à la radio. Le public pourra aussi assister à des démonstrations culinaires et sportives. Des brochures seront également distribuées.