Le Premier ministre et leader du PTr a réitéré, hier, l’engagement de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité de créer 60,000 à 70,000 emplois d’ici à cinq ans en favorisant les investissements pour une croissance plus soutenue. Il devait dénoncer, par ailleurs, une fois encore « l’incohérence » du camp adverse dans ses explications quant au financement de la promesse de porter la pension de vieillesse à Rs 5 000.
Dans un nouveau bilan de l’action sur le terrain du PTr/MMM, Navin Ramgoolam parle, une fois encore, de « succès retentissant », même dans les circonscriptions où, dit-il, l’Alliance de l’Unité et de la Modernité n’a pas encore désigné l’ensemble de ses trois candidats. « Il est clair que nous nous acheminons vers un 60/0 », laisse entendre, une nouvelle fois, le leader du PTr.
Insistant sur la « compétence » de l’équipe réunie autour de lui et de Paul Bérenger et qui, souligne le chef des travaillistes, comprend, entre autres, Rama Sithanen et Reza Uteem, Navin Ramgoolam réitère l’engagement du PTr/MMM de créer entre 60,000 et 70,000 emplois d’ici à cinq ans en favorisant les investissements qui augmenteront la croissance et, ainsi, accroître le revenu par tête d’habitant.
Le leader du PTr oppose cette volonté déclarée de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité d’oeuvrer pour une croissance plus soutenue avec un meilleur partage du gâteau national à ce qu’il juge être la « démagogie » du camp adverse qui, dit-il, « veut vendre des rêves ». Navin Ramgoolam soutient, à cet effet, que les dirigeants de l’Alliance Lepep qui ont promis de porter la pension de vieillesse à Rs 5000 ont été, à ce stade, « incapables » d’expliquer, de manière cohérente, comment ils comptent financer un tel projet.
Outre le fait que, réaffirme-t-il, une telle hausse des allocations de retraite des personnes âgées coûterait à l’Etat quelque Rs 4,5 milliards annuellement « et non Rs 230 millions seulement comme l’a prétendu Xavier Duval », le chef des travaillistes dit noter des incohérences dans ce qu’avancent, à ce sujet, les uns et les autres dans le camp adverse. « D’un côté, Pravind Jugnauth parle de faire de Maurice une duty-free island. Ce qui impliquera une diminution des recettes de l’Etat. De l’autre, tel un magicien, Vishnu Lutchmeenaraidoo, non seulement soutient que cette hausse à Rs 5000 de la pension de vieillesse ne nécessitera aucune augmentation de la taxe, mais se propose, en plus, d’abolir l’impôt sur le revenu! », dit-il.
Navin Ramgoolam se demande encore comment sir Anerood Jugnauth « qui prétend que l’économie nationale est en banqueroute » peut, en même temps, faire une telle promesse.
Bérenger: « SAJ perd les pédales! »
Il réaffirme que pour financer une telle hausse de la pension de vieillesse, il faudra, nécessairement, soit augmenter la TVA de 15 à 20% ou imposer cette taxe indirecte « qui frappe, davantage, les pauvres et les classes moyennes » sur des produits jusqu’ici exemptés comme le riz, la farine, le lait, la viande, le poisson, le matériel scolaire ou les médicaments.
Le leader du PTr rappelle, une fois encore, l’actuelle morosité économique mondiale. Tout en réaffirmant l’intention de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité de ne succomber à aucune « promesse démagogique », il assure que le PTr/MMM « fera le maximum » à l’intention des plus démunis. Il engage son camp à accroître le gâteau national en vue d’un partage plus équitable.
Paul Bérenger, leader du MMM, parle, lui de même, de « succès répétés » rencontrés depuis le démarrage, le samedi 18 octobre dernier, du premier congrès régional du PTr/MMM qui avait été organisé à Saint-Pierre. Il annonce une intensification de la mobilisation de l’Alliance de l’Unité et de la Modernité sur le terrain avec la finalisation, mardi, « sauf imprévu », de la liste des candidats de son camp après le départ, la veille, de la ministre indienne des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, invités d’honneur aux activités de commémoration de l’arrivée des premiers immigrants indiens.
Comme son homologue du PTr, il estime qu’en revanche, le camp adverse a des difficultés de mobilisation et d’argumentation. Le leader des « mauves » en veut pour preuve le fait que sir Anerood Jugnauth veuille « prétendre » que Navin Ramgoolam et lui envisageraient de renvoyer les élections. Ce qui lui fait dire que SAJ « perd les pédales! »
Paul Bérenger accuse, par ailleurs, l’ancien président de la République « d’outrage à la Cour » après certains commentaires de ce dernier à un rassemblement cette semaine dans le sillage du verdict d’acquittement prononcé à l’encontre de l’ancien ministre et candidat probable MMM, Ajay Gunness.
Il s’insurge d’autant plus que ces commentaires « outrageants et diffamatoires » ont été prononcés en présence de l’avocat de la personne visée, Me Ivan Collendavelloo. Le leader du MMM annonce, à ce sujet, qu’une plainte sera logée en Cour, dès lundi, contre SAJ à ce sujet avec demande d’un « early trial ».