La demande logée par l’inspecteur Rajesh Moorghen pour la radiation des charges qui pèsent contre lui a été rejetée hier par la magistrate Meenakshi Bhogun-Ramjutton siégeant au tribunal de Rodrigues. L’inspecteur Rajesh Moorghen a signifié son intention de faire appel de cette décision.
Une triple inculpation provisoire de « Forgery », de « Making Use » et de complot pèse sur le Chief Investigating Officer dans l’enquête sur le meurtre de Barthélemy Azie commis le 1er août 1999. Il est accusé d’avoir tenté d’utiliser son influence pour convaincre Simon Azie de changer sa déposition en vue de critiquer le Commissaire de Police. Lors du début du procès hier, l’inspecteur Ajodha du CCID a été le premier témoin appelé à la barre. L’homme de loi de l’inspecteur Moorghen, Me Roshi Bhadain, a logé une motion réclamant la radiation des charges.
Cette affaire avait éclaté lors de l’enquête sur le meurtre de Barthélemy Azie, qui était classé dans la catégorie des cold cases depuis 14 ans. Le principal enquêteur, l’inspecteur Rajesh Moorghen, avait été appréhendé par la CID de Port-Mathurin après l’interpellation de 13 suspects arrêtés et placés en détention pour le meurtre le Barthélemy Azie, qui était alors âgé de 17 ans. En août 2013, ses ossements avaient été retrouvés sur une montagne à Port-Sud-Est. Les enquêteurs engagés dans cette enquête sont inculpés pour faux et usage de faux dans l’affaire de la déposition du père de la victime, Simon Azie, avec des allégations contre de hauts gradés de la police, dont le Commissaire de Police, Dhun Iswur Rampersad.