Le ministère de l’Éducation pourrait se retrouver à brève échéance devant une grave crise de niveau universitaire. Week-End a en effet appris de sources sûres que l’Université de Limoges (France) a, dans une lettre reçue cette semaine à Maurice, exprimé son intention de mettre fin à son partenariat avec l’Université des Mascareignes (UDM).
L’UDM, dont le campus principal se trouve à Camp Levieux à Stanley, Rose-Hill, est née il y a une dizaine d’années d’une fusion entre le Lycée Polytechnique de Flacq, l’Institut Supérieur de Technologies et le Swami Dayanand Institute of Mauritius (de Pamplemousses). L’institution tertiaire dispense des cours à près d’un millier d’étudiants. Après la réussite de leurs examens, ces étu-diants ont à ce jour l’avantage d’obtenir un double diplôme délivré par l’UDM et l’université de Limoges.
 Week-End a essayé de confirmer son information auprès des autorités concernées, soit le nouveau directeur général de l’université locale, l’attaché de presse de la ministre de l’Éducation et ou Leela-Devi Dookhun en personne, mais nos appels téléphoniques n’ont pas abouti.
 Selon nos sources, c’est découragée par les tiraillements, les palabres et les combines auxquels son représentant sur le conseil d’administration de l’UDM a été constamment confronté que la nouvelle direction de l’Université de Limoges a préféré mettre fin au partenariat. Effectivement, le professeur Pierre Guillon, président de l’UDM, a soumis sa démission il y a une dizaine de jours pour ces mêmes raisons. C’est, en fait, la deuxième fois que le professeur claque ainsi la porte, parce que  laisse-t-on entendre, il n’en pouvait plus des ingérences externes.
 Il faut rappeler que, au départ du partenariat entre les deux universités, c’est une Mauricienne, la professeure Françoise Driver, qui était la présidente du conseil d’administration de l’UDM, tandis que Pierre Guillon était directeur général de l’université. Ensuite, il y a eu une inversion des rôles entre les deux nommés. Après les élections générales de décembre 2014, Françoise Driver a démissionné de son poste et, après une longue période marquée par l’indécision, le nouveau gouvernement Lepep a nommé M. Somanah, ancien professeur d’astrophysique de l’université de Maurice, à la direction générale.
Des conflits ont éclaté au point où, toujours selon nos sources, c’est par Skype depuis la France que le Pr Guillon assumait sa présidence tant il était dégoûté de l’atmosphère à l’UDM. Nous avons appris que c’est aussi parce qu’elle n’aurait trouvé personne disposée à prendre la place de Pierre Guillon dans les conditions que ce dernier a lui-même s’en est allé que l’Université de Limoges se serait finalement résolue à quitter Maurice.
 Si le retrait de l’université française s’avérait, on se demande déjà comment le ministère de l’Éducation compte s’expliquer auprès des parents des étudiants de l’UDM, eux qui ont tout investi pour que leurs enfants décrochent un diplôme français.