Photo illustration

« Les élèves doivent sortir tôt », déclare Das Mootanah, le Chief Executive Officer de Metro Express Ltd (MEL) à l’issue de la première rencontre officielle pour se pencher sur la problématique liée à la circulation routière en cette période d’examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC).

L’objectif du comité état de passer en revue la situation par rapport travaux du Metro-Expresse et de faire des suggestions pour tenter de faciliter la vie des étudiants. Il annonce dans la foulée que le Mauritius Examinations Syndicate (MES) mettra une “hotline” à la disposition des candidats à ces examens. Des représentants du ministère de l’Éducation, du MES, du Road Trafic Management et de la Road Development Authority ont participé à cette séance de “brainstorming”.

Selon le No 1 de Metro Express Ltd, Das Mootanah, le comité a analysé l’ampleur de la situation et les “critical areas”. « On a noté des diversions du trafic routier dans le cadre des projets infrastructurels, non seulement les travaux du projet Metro Express mais aussi d’autres projets, comme Jin Fei. Le problème de congestion routière existe déjà et est inhérent à Maurice. On doit faire en sorte qu’on arrive à gérer la situation. Les diversions qui existent déjà n’affectent pas ces “critical areas” », a-t-il déclaré.

Il avance que des mesures seront prises au niveau de la communication. « La police sera là sur le terrain. On a suggéré qu’il y ait des policiers additionnels. Les étudiants devront sortir tôt de chez eux. La NTA ordonnera aux opérateurs de maintenir leur agenda. Il faut qu’il y ait aussi plus de “Traffic Watch” ainsi que la communication en ligne », a-t-il ajouté. Le MES avait émis un communiqué en début de semaine pour relayer le “key time” imposé par Cambridge pour les examens. Les étudiants qui se présentent aux centres d’examens à 9h et 13h pourraient être pénalisés.