Le groupe sucrier Alteo Ltd, né de la fusion entre FUEL et Deep River Beau-Champ, a déjà entamé les démarches nécessaires en vue de l’acquisition d’une part majoritaire (51%) dans la compagnie Transmara Sugar Company Ltd au Kenya. Cette acquisition se fera par le truchement de la filiale d’Alteo, la Sucrière des Mascareignes Ltd. C’est ce que confirme Arnaud Lagesse, Chief Executive Officer (CEO) de GML, dont fait partie Alteo, dans le dernier bulletin en ligne du conglomérat mauricien. Dans ce même bulletin, il est précisé plus loin qu’Alteo avait signé en juillet 2014 un « non-binding Heads of Terms » concernant l’acquisition éventuelle d’une part majoritaire dans la compagnie sucrière Transmara. Celle-ci, indiquent les milieux concernés, a une capacité d’usinage d’un peu plus de 400 000 tonnes de cannes pour une récolte d’une durée de plus de 300 jours. Il y a un potentiel pour porter la capacité d’usinage à un million de tonnes de cannes au cours des trois prochaines années.
Dans les milieux d’Alteo, on faisait ressortir que le projet d’acquisition allait être complété fin 2014, mais qu’il était sujet à la concrétisation satisfaisante d’un exercice de “due diligence” par la Société des Mascareignes Ltd et, ensuite, à l’approbation du conseil d’administration d’Alteo et à l’exécution d’un “binding Sale and Purchase Agreement” entre les parties contractantes.
Le bulletin de GML précisait également que le projet d’incursion d’Alteo au Kenya cadrait avec la politique d’expansion régionale du groupe. « One of the main objectives behind the creation of Alteo Ltd was to give more impetus to the regional development of the sugar operations », indiquait la direction de la société sucrière mauricienne. Alteo est déjà bien implantée en Tanzanie, où avec son partenaire Tereos Océan Indien, elle, détient 75% du capital de TPC Ltd. Des investissements conséquents ont été faits graduellement dans cette compagnie sucrière depuis 2000, ce qui a permis de relever le niveau de production de 35 000 tonnes de sucre à plus de 100 000 tonnes.
« Building upon its experience, Alteo has made it one of its major objectives to pursue the expansion of its sugar operations in the region. Alteo is hence dedicating further resources at investigating and supporting external development opportunities and initiatives abroad, namely on the African continent », annonce la direction d’Alteo dans le bulletin de GML. Le Swaziland est aussi dans le collimateur de la compagnie sucrière après la signature, en octobre 2013, d’un Memorandum of Understanding avec les promoteurs Nsoko Msele. L’étude de faisabilité du projet sucrier est en cours avec, en perspective, une possible extension de la surface sous culture de cannes alors qu’une étude sur la capacité industrielle a été réalisée sur la base d’une délocalisation de l’équipement de l’usine de Beau-Champ à Nsoko.
Par ailleurs, Arnaud Lagesse réaffirme la volonté du groupe GML de se tourner davantage vers l’Afrique, rappelant que son groupe est implanté dans une dizaine de pays où des investissements de l’ordre de Rs 1 milliard ont été consentis. « GML a, durant les deux dernières décennies, déjà commencé à vivre pleinement l’expérience africaine », indique Arnaud Lagesse, avant de souligner que fort du savoir-faire de ses équipes, plusieurs entreprises du groupe GML « ont su tirer profit de la position idéale de Maurice située entre l’Asie et l’Afrique et de son relationnel privilégié avec l’Europe, pour convaincre des partenaires stratégiques de s’engager à nos côtés dans les pays ciblés en fonction des métiers et activités au sein du groupe ».