Un groupe de plasticiens locaux et étrangers présentent actuellement leur vision de la vie et de la société au musée de Port-Louis dans le cadre de la World Art Day, observée le 15 avril. Des artistes seront également présents ce matin au Flacq Trafic Centre pour une exposition de dessins et de peintures. Des élèves ayant choisi l’art comme matière principale au HSC initieront ainsi le public présent à la création artistique.
Dev Chooramun, le président du groupe « Action pour la créativité artistique », a réuni à cet effet une trentaine de plasticiens et de sculpteurs pour sensibiliser les Mauriciens à la nécessité de préserver la nature. Les peintures et les acryliques sur toile et canevas, de même que les sculptures exposées, expriment les émotions, le chaos, et certaines d’entre elles font également référence aux inondations meurtrières du 30 mars.
Nishal Purbhoo et Shalynee Ramaya reviennent en effet sur les tristes événements du 30 mars à Port-Louis, avec l’expression artistique de leur répulsion pour le chaos. Avec pour objectif principal d’atteindre le progrès, l’ouverture d’esprit et l’harmonie, selon les artistes concernés, certaines initiatives sont pourtant des sources d’angoisses et d’obscurantisme. Des montages utilisant du papier découpé illustrent ainsi les carambolages monstres qui ont été occasionnés à la suite des récentes inondations.
A travers une superposition de fleurs, Dev Chooramun a réalisé le portrait de la princesse Diana. The Compassionate Lady attire certainement les regards avec les tons chauds utilisés. Kalindi Jundoosing, avec Payal, transmet pour sa part toute la grâce d’une danseuse en mouvement.
Les plasticiens contemporains, à l’instar de Krishna Luchoomun avec son oeuvre Jungle, semblent toujours privilégier ce style bouillonnant où la réalité côtoie le fantastique. Cette continuité d’inspiration est d’autant plus marquante dans la vision du monde de Maya Chummun qui, avec Mixed Feelings, s’est inspirée du cubisme, style développé par le Français George Braque. Sylvio De La Peyre, avec Rencontre des couleurs, présente la nature dans toute sa splendeur.
Le Dr Olga Mautadeen, une artiste Russe établie à Maurice, offre un paysage réalisé sur canevas, tandis que Shantakumar Reetoo illustre un rêve qui parvient à être réalisé après beaucoup d’efforts. Les sculpteurs Dhyaneswar et Vynand Dausoa proposent de leur côté des oeuvres dépeignant la vie.
Du côté des travaux des peintres étrangers, Rita Rahu de l’Estonie, avec Happy to see you again, a conçu une impression digitale faisant un plaidoyer pour la protection des abeilles. Swami Neelesh, artiste indien, illustre pour sa part la victoire du bien sur le mal.