• Le DPM Ivan Collendavelloo nie tout accord avec Alteo Energy Ltd et le kWh de Trash Energy payé à Rs 4,45
  • SAJ : « Les deux avocats-parlementaires cités dans le rapport Lam Shang Leen pas interrogés par la police avant la conclusion du processus de Judicial Review »
  • Des échanges sans merci entre Aurore Perraud et la VPM Daureeawoo au sujet de la discrimination, dont sont victimes les femmes
  • Franco Quirin au ministre Toussaint : « À ce moment précis, la MFA nage dans l’illégalité »

Ambiance relativement “cool” pour la tranche du Question Time de la séance de l’Assemblée nationale d’hier, même si le dossier de l’électricité à partir de la bagasse a constitué le principal plat de résistance. En fin de matinée, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, avait esquissé la problématique de la génération d’énergie électrique à partir de la bagasse dans le cadre de la réforme de l’industrie sucrière. Il avait brandi une lettre de protestation en date du 6 juin, soit à la veille de la présentation du budget d’Omnicane, de Terra Ltd et d’Alteo Energy Ltd, protestant avec véhémence  contre « a Rs 300 million one-off contribution to the Consolidated Fund » pour assurer la compensation de Rs 25 000 par tonne de sucre sur les premières 60 tonnes des planteurs.

La teneur de la lettre des plus catégoriques rappelle que « the CEB, as a long term beneficiary of the current Power Purchase Agreements, had the capacity to pay ». Apposant une fin de non-recevoir à cette demande du gouvernement, les sucriers notent également au sujet de cette réunion en présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth, le 4 juin que « the request to contribute was being made with no lasting reforms to the sugar industry ».

De son côté, répondant à une interpellation supplémentaire du député travailliste, Osman Mahomed, au sujet du kilowattheure généré à partir des feuilles de canne, le Deputy Prime Minister et ministre des Utilités publiques, Ivan Collendavelloo, s’est évertué à faire comprendre à la Chambre qu’il n’y a « aucun accord » avec Alteo Energy Ltd à ce sujet. Dans cette affaire, ce qui paraît plus « embarrassant », c’est l’attitude condescendante du député travailliste à l’égard du Deputy Prime Minister alors que le leader du PTr, Navin Ramgoolam, avait récemment animé un point de presse pour dénoncer la précipitation des autorités d’augmenter de 44% le prix du kWh de Trash Energy en 24 heures, et ce en faveur d’Alteo Energy Limited.

Le ministre Mentor, sir Anerood Jugnauth, n’est pas passé par quatre chemins pour confirmer qu’il ne faudra pas s’attendre à voir les deux avocats-parlementaires de la majorité, à savoir Mes Sanjeev Teeluckdharry et Roubina Jadoo-Jaunbocus, être convoqués par la police de Karl Mario Nobin pour être interrogés “Under Warning”. La raison est que ces deux membres du gouvernement ont eu recours à des processus de “Judicial Review” pour contester les “Findings” du rapport de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen.

La vice-Première ministre et ministre de l’Égalité des Genres, Fazila Jeewah-Daureeawoo, et la parlementaire du PMSD, Aurore Perraud, se sont livrées à une joute sans merci sur la discrimination, dont sont victimes les femmes. Alors que le député du MMM Franco Quirin n’a pas manqué de croiser le fer avec le ministre des Sports, Stephan Toussaint, soulignant avec force que la Mauritius Football Association (MFA) nage « en pleine illégalité » au regard des dispositions de la Sports Act.

Le dossier de l’électricité était en vedette lors du Question Time, le député travailliste Osman Mahomed adressant deux interpellations parlementaires à Ivan Collendavelloo. Répondant à la première PQ portant sur la “Standby Capacity” dont dispose le pays, ce dernier a indiqué que les générateurs concernés appartiennent au privé, ainsi qu’aux secteurs public et parapublic. « L’électricité n’est pas transférée sur le réseau du CEB, sauf en cas de panne ou nécessité dans des secteurs précis », dit-il.

Le député de l’opposition devait faire ressortir que lors d’un atelier tenu l’année dernière, des opérateurs du textile et de l’hôtellerie avaient souligné qu’il y avait une capacité de 100 MW en “standby” qui n’était utilisée qu’à 10%. Ils ont proposé de s’en servir en raison du “peak load”, que le CEB a des difficultés à soutenir.

Le député travailliste a ainsi demandé au Premier ministre adjoint si la “standby capacity” de 100 MW, qui demeure inutilisée, ne pourrait pas être vendue au CEB afin de gérer le “peak load”. Ivan Collendavelloo a répondu que cette proposition avait bien été faite. Cependant, il y a beaucoup de personnes qui ont de petites quantités qui, une fois accumulées, permettent d’atteindre « beaucoup de megawatts ». Il a précisé « ne pas savoir » si le chiffre de 100 MW était correct. Mais il confirme une proposition de vendre ce surplus au CEB lorsqu’il n’y a pas de cyclone ou de “peak load”. Et d’avancer qu’à ce jour, il ne sait pas quelle est la position du CEB à ce sujet mais qu’il allait se renseigner.

Osman Mahomed est par la suite venu avec une autre interpellation par rapport aux “highest peak demands” enregistrées depuis 2016. Le DPM a déposé sur la table de l’Assemblée nationale un document qui démontre que les plus fortes demandes enregistrées sont comme suit :

467,9 MW en 2016,

461,5 MW en 2017,

468,2 MW en 2018 et

491,7 MX en 2019.

Les capacités disponibles pour ces mêmes périodes étaient respectivement de 556 MW, 6387 MW, 590 MW et 617 MW. Cependant, Ivan Collendavelloo a souligné qu’il y faut analyser les variations entre les chiffres de Statistics Mauritius et ceux du CEB.

Osman Mahomed : En ce qui concerne les Independent Power Producers, dont CTSAV, CTBV et CEL, brûlant le charbon et la bagasse pour générer de l’énergie électrique, le DPM peut-il confirmer que la Cane Trash d’Alteo Energy Ltd pour produire de l’énergie a fait l’objet de discussions avec le gouvernement ?

Collendavelloo : In fact, there are two teams of professionals, one retained at the level of the ministry and/or the level of the CEB and one retained at the level of Alteo. They are lawyers, they are discussing about the matter. Nothing has been finalised up to now. Let the experts sort out and then it will come to public knowledge. For the moment, I cannot enlighten you further. I know you brandished an article yesterday, etc.

Osman Mahomed : Yes but I would like to have your clarifications because what I read is quite perturbing. Is it correct – at least you have the opportunity to clear the air now – that the price initially agreed by the CEB was Rs 3.09 per KW/h but then after discussion at the level of your ministry, I’m not saying you, this price was increased to Rs 4.45, thereby meaning an increase of 44% ? Is that correct honourable Deputy Prime Minister ?
Collendavelloo : I don’t want to be rude but I think that there are some people who dream of me on Friday night and then they write something on Sunday morning. Je ne sais pas d’où ces personnes puisent ces informations… I can’t be responsible for people who print whatever come through their mind on Friday evenings, whatever they do on Friday evenings… And  I don’t bother about all this. All that I know is that there are technical meetings which are being held. Then everything will come to our management committee of the ministry and of course we will study. We will go to Cabinet, we will tell the Prime Minister : this is the position about cane trash, what do you think ? And we will discuss with the minister of Agriculture who is extremely involved in this matter, after that we will come to Cabinet; it is too early to talk about this.

Osman Mahomed (avec un sourire qui aura déconcerté ses pairs du Labour) : I don’t know who is dreaming about you, it’s not me for sure. So can I ask the honourable Deputy Prime Minister, whether the trend at the CEB right now, regarding peakload, is a descending one, rather than an ascending one. I mean is it increasing because of development or is it decreasing because there are factories which have closed down ?

Collendavelloo : Je dois vérifier avant de répondre à cette interpellation supplémentaire. I am not now in a position to just pull out a card for the answer.

La lettre de confirmation des termes d’un accord sur la Trash Energy entre Alteo Energy Ltd et le CEB en date du 26 février 2019, avec copie au ministère des Utilités publiques

Par ailleurs, sir Anerood Jugnauth a confirmé, en réponse à une interpellation du député Reza Uteem, que les noms de dix membres du Barreau, dont deux parlementaires de la majorité, sont cités dans le rapport Lam Shang Leen sur la drogue. « Puisque ces hommes de loi ont eu recours à des “Judicial Reviews” en Cour suprême, aucune arrestation n’a été effectuée. Investigation is still on-going », a-t-il ajouté.

Uteem : Un an après la soumission du rapport de la commission d’enquête sur la drogue, nous apprenons que l’enquête est toujours en cours ? Puis-je savoir si les deux membres de la majorité gouvernementale ont été convoqués par la police pour des interrogatoires ?

SAJ : Not yet. Des procédures de “Judicial Review” ont été initiées.

Uteem : The judicial review is neither here nor there. Ce que je voudrais savoir c’est s’il a eu l’occasion d’aborder avec le commissaire de police le volet du rapport Lam Shang Leen où la possibilité de financement de campagne électorale avec de l’argent sale est mentionnée ?

SAJ : The two members of Parliament are contesting the findings of the Drugs Commission. Nous devrons attendre les conclusions des Judicial Reviews et s’ils gagnent leurs cas, alors…

Uteem : Le rapport Lam Shang Leen n’accuse personne. Le rapport soumet une demande à la police pour ouvrir une enquête sur ces aspects. Did the police get any advice on that ?

SAJ : L’enquête reprendra à la lumière des “Judicial Reviews”.

Baloomoody : Des dix membres du barreau, dont les noms sont cités dans le rapport, combien ont été convoqués par la police pour interrogatoire ?

SAJ : I can’t say… Je ne peux que répondre pour les deux membres de l’Assemblée nationale.

L’interpellation de la parlementaire du PMSD, Aurore Perraud, au sujet des recommandations du Committee on the Elimination of Discrimination Against Women et les mesures envisagées par le ministère pour se mettre en règle ont donné lieu à une véritable passe d’armes de première classe. Même la Speaker, Maya Hanoomanjee, a éprouvé des difficultés pour s’intercaler entre les antagonistes.

Non satisfaite de la réponse fournie par la vice-Première ministre, Fazila Daureeawoo, au sujet de la dissémination de ce rapport dans le public, Aurore Perraud ne devait pas lâcher prise.

Perraud : I’m shocked by the answer of the Vice Prime Minister. This is the responsibility of the minister to disseminate the recommendations.

Daureeawoo (visiblement agacée): She always says that she is shocked. This is very strange. You asked for it. Je vous donnerai ce que vous voulez. L’honorable membre a occupé le portefeuille de l’Égalité des Genres pendant deux ans, soit de décembre 2014 à décembre 2016. Qu’a-t-elle fait ? Many of these issues have been raised in the 2011 report…

Speaker (voulant à tout prix calmer le jeu): I see there are discussions between the two honourable ladies. Please go outside and have your discussions in the corridor…

Daureeawoo (pas satisfaite de l’invitation de Maya Hanoomanjee) : I’m very disappointed. Elle a été ministre pendant deux ans. In the report of 2011, many of these issues were raised and repeated in 2018 report. All these issues were raised. It’s very unfair to just come to the House as if nothing has been done. A lot have been done on these issues. I’m not in a position to do more than what I’ve been doing. Nous avons identifié les problèmes. Nous avons élaboré un plan d’actions… (à l’adresse de la Speaker) Let me finish, Madam…

Speaker : You can come to the House with a full statement on what have been done. I think this puts an end to the question.

Perraud (ne l’entendant pas de cette oreille): I maintain this is the responsibility of the minister to disseminate the report. Peut-elle nous révéler le calendrier pour la mise en place de ces mesures et des recommandations ?

Daureeawoo : Quand vous venez dans cette Chambre, il faut faire preuve d’équité. You can’t come and give lesson as if we’ve done nothing “tout en proférant des critiques injustifiées”.

À 30 jours de l’ouverture des prochains Jeux des Iles de l’océan Indien (JIOI), le ministre des Sports a dû affronter les piques de Franco Quirin de l’opposition. À peine les premiers échanges au sujet de la présentation prochaine pour l’adoption d’une nouvelle Sports Act, le ton allait être donné pour monter crescendo entre les deux.

Quirin : N’est-ce pas un aveu d’échec flagrant que d’avoir à présenter un autre Sports Bill trois ans après avoir adopté l’actuel.

Toussaint : Ce n’est pas correct de parler ainsi. Je dois rendre hommage à mon prédécesseur, Yogida Sawmynaden. Il avait présenté le Sports Bill de 2016 pour corriger des problèmes, qui ont surgi avec la Sports Act de 2012. Après tout le monde du sport n’est pas statique. Il nous faut nous adapter à la nouvelle réalité.

Le ton devait monter d’un cran avec la PQ de Franco Quirin sur les dépenses encourues avec le programme de Mobilisation Moris 19 en vue des prochains JIOI, soit la liste des manifestations, les lieux concernés et les dépenses encourues. « Je trouve regrettable que son ministère n’ait pu comptabiliser cinq événements », devait lâcher le député de l’opposition face à la réponse du ministre.

Stéphan Toussaint devait faire comprendre à Rajesh Bhagwan que la société Grey, qui serait impliquée dans une sinistre affaire de plagiat pour ces Jeux des Iles de l’océan Indien, n’est pas concernée par ce programme de mobilisation.

Quirin : Dans toute cette affaire de mobilisation, il y a le cas d’un Réunionnais au beau milieu. Peut-on savoir quel est son rôle et en quoi ce Monsieur est concerné ?

Toussaint : Je pense que l’honorable membre ne doit pas croire tout ce qu’il lit dans la presse. Cette personne a mis à la disposition gratuite les services du chanteur Michael Pouvin, et ce gratuitement.

Le ministre des Sports a confirmé à ce jour que les Rules 2012 de la Mauritius Football Association n’ont pas encore été enregistrées par le Registrar of Association. « The MFA Rules have still not been registered », a-t-il déclaré en faisant état d’une réunion se déroulant le 27 mars dernier.

Quirin : Tout le dossier a été soumis au State Law Office. Peut-on connaître le “Ruling” du SLO à ce sujet ?

Toussaint : La MFA a déjà soumis ses Rules au Registrar of Association….

Quirin : J’ai parlé du State Law Office. Je m’attends à une réponse claire et nette. Où est le dossier ? Il ne veut pas dévoiler…

Toussaint : Le State Law Office a donné un “Ruling”. J’ai plusieurs documents. Je vais chercher …

Quirin : Peut-on dire qu’à ce moment précis, la MFA nage dans l’illégalité…

Toussaint : La MFA a déjà soumis son dossier. The MFA is awaiting for a reply…

Boolell : There is a connivence between the Registrar and the MFA. I maintain it..

Speaker : Honourable Boolell, you’ve made a very serious statement. Vous devrez assumer l’entière responsabilité de ce que vous venez de déclarer…

Boolell : Aucun problème.


Les envolées parlementaires qui collent

« It’s only fair that all questions on the agenda be replied by the Prime Minister » (La Speaker refusant une interpellation supplémentaire au député Armance avec toutefois sept PQs sur les 18 au PMQT)

« The valuation of a company is not just pressing a button. There is a process. Right now it’s impossible » (Le ministre Sesungkur répondant à Adil Ameer Meea sur l’évaluation des avoirs de la National Insurance Company dans les livres du National Property Fund)

« I have said a valuation of immoveable property. National Insurance Company is not an immoveable property » (Une précision du ministre des Services financiers au député Ramful)

« On ne m’a pas demandé d’apporter des reçus du COJI » (Le ministre Toussaint sur les dépenses d’hébergement pour les JIOI)

« La région de Balaclava est la seule avec un “cluster” d’hôtels pour accueillir quelque 2 000 participants… Nous avons eu des prix raisonnables de la part de ces hôtels » (Le ministre des Sports sur le Village des Jeux)

« Honourable Jhugroo, don’t start by making provocations. Everything was calm » (Maya Hanoomanjee lors de la PNQ)

« The public was throwing broken bottles in the swimming pools » (La VPM Daureeawoo au sujet de la piscine de la capitale)

« I’m not in a position to do more than what I’ve been doing » (La VPM Daureeawoo à Aurore Perraud au sujet des mesures contre la discrimination, dont sont victimes les femmes)

« Honourable Thierry Henry, you are obstructing the work of the House » (Maya Hanoomanjee)

« Neither is there any harvest nor any bumper crop » (Arvin Boolell commentant une réponse du ministre Gungah)

« It’s not an easy task » (Le ministre Gungah au sujet d’un nouveau cadre légal pour protéger les consommateurs)

 « This is the information that has been provided to me. Whether there is money or not, it will have to be found » (SAJ au sujet du recrutement au Forensic Science Laboratory)

« If he (Stephan Toussaint) has the floor, he has the right for a fair hearing as you have asked your question » (La Spreaker au député Quirin).


Les chiffres de la séance

600 pages. C’est ce qu’a révélé le ministre des Sports, Stephan Toussaint, en déposant sur la table de l’Assemblée nationale une copie de la National Sports and Physical Activity Policy. Ce document a nécessité des dépenses de Rs 6,7 millions.

Rs 12,3 milliards de “Liabilities” pour le compte de la National Property Fund Ltd alors que les avoirs sont évalués à Rs 12 milliards. Ces détails ont été fournis par le ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur. Il a ajouté aux interpellations parlementaires de Reza Uteem que le gouvernement se porte garant pour les Rs 3,7 milliards de facilités accordées par la Banque de Maurice, et des Rs 6,4 milliards de prêts consentis par des banques commerciales.

Rs 30,5 millions. Tel est le montant du contrat alloué par le ministère des Sports à la société Rapid Security Services pour assurer la sécurité dans 46 Sports Complexes et centres de jeunesse à travers l’île. Le contrat, qui a pris effet depuis le 17 juin, sera d’une durée initiale de 12 mois et renouvelable pour 24 mois.

Rs 40 109. C’est le coût réclamé par l’Islamic Cultural Centre à chaque pèlerin se rendant au Hajj cette année. L’année dernière, le montant était de Rs 30 000. Le ministre Roopun a pris le soin de souligner que le prix du billet d’avion « is still being finalised ».