La grogne était à son comble ce matin devant les centres de l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU), quand des personnes ont appris que le Family Farming Micro Project Scheme a été annulé. Comme c’était le cas depuis plusieurs jours, certains ont fait la queue très tôt pour soumettre leurs formulaires car la date limite était prévue pour demain. À Mahébourg, par exemple, la situation a failli dégénérer car les personnes ne voulaient pas quitter les lieux. Elles estiment que le ministère de l’Agro-industrie aurait dû les prévenir de ce changement plus tôt. Par ailleurs, certains commerçants ont voulu profiter de ce plan en se permettant même de vendre les formulaires concernés au public.
S’agirait-il d’une mauvaise communication et d’une tentative de détourner l’objectif initial du Family Farming Micro Project Scheme lancé par le ministère de l’Agro-industrie ? Ce qui est sûr, c’est que les centres de l’AREU à travers l’île ont été pris d’assaut après que des membres du public ont cru qu’ils pouvaient bénéficier d’un voucher de Rs 10 000 pour l’achat d’appareils électroménager. Or, tel n’est pas le cas. Dans le cadre du plan de sécurité alimentaire, le ministère concerné a lancé ce projet pour permettre aux citoyens de se lancer dans l’agriculture et l’élevage. Le voucher est destiné à acheter des équipements pour cela.
Mais depuis peu, des personnes se présentent avec des demandes pour l’achat d’appareils électroménagers. Il nous revient que certains magasins, notamment à Plaine-Magnien et à Mahébourg, ont encouragé des personnes à acheter ces produits chez eux et ont même été jusqu’à leur vendre les formulaires à remplir – disponibles gratuitement auprès de l’AREU ou à télécharger – entre Rs 20 et Rs 50.
C’est ce que confirme une Mahébourgeoise qui faisait la queue ce matin devant le centre de Beau-Vallon. « Le responsable du magasin nous a dit que le gouvernement donnait des appareils gratuitement. » Hier par exemple, il y avait une longue queue devant un magasin connu de Mahébourg pour obtenir le fameux formulaire et un devis pour l’achat d’appareils électroménagers. Ayant eu vent de ces « abus », le ministère de l’Agro-industrie a pris la décision de suspendre le Family Farming Scheme hier après-midi.
Sauf que les informations ne sont pas parvenues aux principaux intéressés. Ce matin, des centaines de personnes faisaient la queue devant le centre de Beau-Vallon. Certains étaient là depuis 5 h 30. Quand ils ont appris des officiers qu’on n’allait pas prendre les formulaires, la tension est montée d’un cran. « On aurait dû nous prévenir à l’avance et non pas nous laisser attendre ici au soleil. Il y a même des vieilles personnes qui n’arrivent pas à tenir le coup. »
Il a fallu l’intervention de la police pour disperser les foules ce matin devant certains centres, notamment à Mahébourg. Les officiers étaient dépassés par les événements. Ils disent avoir appris la suspension du scheme hier vers 16 h 30.
Au ministère de l’Agro-industrie, on laisse entendre que cette confusion vient du fait que « des commerçants malintentionnés ont voulu profiter de ce plan pour vendre leurs produits. Ils ont détourné l’objectif initial du projet ». Le cafouillage viendrait aussi du fait que des personnes engagées dans des microprojets agroalimentaires ont bénéficié du plan pour l’achat d’appareils électroménagers. D’ailleurs, la télévision a présenté un reportage à ce sujet récemment. « Les gens ont cru que cette offre était étendue au grand public. »
Devant la situation, le ministère de l’Agro-industrie a pris la décision hier de suspendre le scheme. « Cela permettra de mettre en place des critères qui agiront comme des garde-fous afin d’empêcher les abus », précise un officier. Il n’est pas exclu non plus que des sanctions soient prises à l’égard des responsables de magasins qui ont vendu les formulaires d’application au public.