Photo illustration

Les enquêteurs qui travaillent sur l’important réseau de faux permis de conduire soupçonnent Poorun Doorgachun, 44 ans et présumé cerveau, d’avoir falsifié la signature d’un sergent de police attaché aux Casernes centrales. Considéré comme étant le présumé cerveau dans cette affaire de faux permis, Poorun Doorgachun, 44 ans, sera interrogé cette semaine, de même qu’une dizaine d’autres individus qui sont en possession de faux permis. « Il a bien préparé son coup pour attirer ses clients.

C’est un vaste réseau qui a bien marché à travers le bouche à l’oreille », nous a confié ce matin un enquêteur. D’ailleurs, les policiers suspectent Poorun Doorgachun d’avoir falsifié la signature d’un sergent des Casernes centrales. Le voile sur ce réseau a été levé jeudi dernier après une descente menée par l’Assistant surintendant de Police, Shyam Bansoodeb, responsable de la CID (nord), et ses hommes.

L’opération a eu lieu aux domiciles de Sooben Marday Chelemben, 41 ans, et Kovilen Chelemben, 19 ans, à la résidence de la NHDC de Mapou. À travers la saisie de faux permis et d’autres documents, les enquêteurs ont démantelé un réseau de faussaires spécialisés dans la fabrication de faux permis de conduire dans le nord. Soumis à un interrogatoire serré dans les locaux de la CID d’Abercrombie, les deux suspects ont balancé les noms de sept suspects. Les Chelemben ont été traduits devant le tribunal de Pamplemousses où les charges provisoires de “forgery” et “conspiracy to commit a crime” ont été logées contre eux. La police ayant objecté à leur remise en liberté, ils ont été reconduits en cellule policière.