Rouz Ble Zonn Ver, la chanson pleine de poésie que les jeunes d’Abaim ont présentée pour la première fois au public l’année dernière, est cette fois revenue dans des écoles, où elle s’est ajoutée aux autres rites de célébration de la fête nationale hier. Marousia Bouvery nous annonce en outre que les radios pourraient à nouveau la reprendre lundi à midi, comme c’était le cas en 2011 sur plusieurs stations.
Comme le rappelle Marousia Bouvery, le texte s’est construit autour du symbolisme du drapeau national et de ses souleurs. « Abaim finn oule selebre bann kouler nou pavion dan kontex enn diversite ki met lanatir, lekolozi an armoni avek enn alezans profon e enn lapartenans bien fier a nou pei dans enn gran linite pou progre. »
Rouz Ble Zonn Ver est venue combler un manque, mais la secrétaire d’Abaim fait remarquer que la découverte de l’Indépendance de Maurice représente toujours un moment fort pour les enfants lorsque dans les sessions d’accompagnement scolaire, il leur arrive de raconter cette période cruciale de l’histoire du pays. Ils aiment particulièrement cela, « me zot pli  kontan kan nou amenn sentiman ladan. Alor poezi zoue enn gran rol ».
Il y a fort à parier que les enfants – et sans doute des adultes – préfèrent la poésie à la solennité lorsqu’il s’agit de célébrer l’Indépendance. Ce patriotisme modelé par les mots chantés et le respect de l’île que nous laissons aux générations futures, a amené Abaim à composer deux chansons, dont une seule a été enregistrée sur CD, puis lancée le 12 mars 2011. Quarante enfants et musiciens ont participé à ce travail, dont l’enregistrement en direct avait été réalisé par l’ami fidèle et ingénieur du son Philippe de Magnée.