Le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval a sollicité hier l’assistance technique de la Banque africaine de Développement (BAD) dans le cadre du processus de réforme économique enclenché par le pays depuis quelques années. C’était à l’occasion de l’inauguration officielle du bureau de liaison de l’institution financière panafricaine au siège du bureau du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à l’Anglo-Mauritius House, à Port-Louis.
Saluant la décision de la direction de la BAD d’ouvrir un bureau dans la capitale, Xavier-Luc Duval a estimé que grâce à cette proximité, la banque sera en mesure de repondre favorablement aux demandes d’assistance technique de Maurice pour mener à bien les projets dans le cadre de la réforme économique. Il a laissé entendre que le pays doit apporter des changements majeurs dans ses législations, la façon dont ses institutions sont gérées ainsi qu’au niveau de l’efficacité et du renforcement des capacités au sein des services publics, entre autres. Le Grand argentier est d’avis que la BAD pourrait offrir son assistance dans des projets de recherche de partenariat stratégique ou de privatisation ou encore des concessions.
Xavier-Luc Duval s’est félicité du soutien financier accordé par la BAD depuis environ quatre décennies, enveloppe qui a atteint 1,2 milliard de dollars (environ Rs 36 milliards). Il a indiqué qu’il y a un accord entre le gouvernement mauricien et la banque pour une enveloppe additionnelle de Rs 15 milliards qui pourrait être utilisée au cas où les effets de la crise globale sur l’économie mauricienne deviendraient plus graves. « J’espère que nous n’aurons pas à en faire usage », a déclaré le Grand argentier.
Le directeur régional de la BAD, Chiji Ojukwu, a rappelé que le partenariat entre la BAD et Maurice date de 1974 et que l’institution financière panafricaine a jusqu’ici approuvé 37 opérations dont 26 projets, 3 études économiques sectorielles, 3 programmes pour les politiques économiques et 5 lignes de crédit. Il a laissé entendre que des projets d’une valeur de 700 millions de dollars sont en cours de réalisation. Maurice, dit-il, est considérée comme un pays à revenus moyens et est habilitée à recevoir des prêts à conditions commerciales normales. Cependant, Maurice est en mesure de bénéficier de subventions de la banque.
Chiji Ojukwu a soutenu par ailleurs que Maurice doit être en mesure d’être compétitive dans le marché mondial. Le pays, recommande-t-il, doit continuellement améliorer sa compétitivité économique, accroître sa productivité, rehausser le niveau de ses infrastructures, élargir sa base de connaissances et développer son capital humain. Parallèlement, le pays doit tout mettre en oeuvre pour éliminer les poches de pauvreté et faciliter l’accès de la population aux services essentiels.
La BAD a ces dernières années ouvert 23 bureaux sur l’ensemble du continent africain. Sa mission première est de réduire la pauvreté, d’améliorer les conditions de vie des Africains et de mobiliser les ressources nécessaires pour le développement socio-économique du continent.
Le bureau de liaison de la BAD à Port-Louis est placé sous la direction de Martha Phiri.