Plusieurs associations et coopératives de pêcheurs ont été invitées ces jours-ci à soumettre une liste de leurs membres, dans le cadre de l’accord avec l’Union européenne. Mais certains disent craindre « un piège » et invitent leurs confrères à ne pas se plier à cette demande.
Le ministre de la Pêche Nicolas Von Mally a annoncé la semaine dernière le recrutement de 860 pêcheurs sur des bateaux européens. Il s’agit d’un des termes du Fisheries Partnership Agreement 2012-2015 entre Maurice et l’Union européenne. Cette semaine, plusieurs associations de pêcheurs ont été contactées par le poste de fisheries de leur localité en vue de ce « développement. » Mais en l’absence d’informations précises sur le sujet, plusieurs se sont montrés réticents.
Patrick Michael Souci, de l’association Soleil Levant de Bambous-Virieux, fait partie de ceux-là. Il se demande sous quelles conditions les pêcheurs seront engagés sur ces bateaux et s’ils bénéficieront d’une formation au préalable. « Pourquoi doit-on nous demander la liste des pêcheurs alors que nous sommes une association et que les autorités compétentes doivent déjà être en possession de tous ces détails. Va-t-on s’en servir pour démontrer que nous soutenons cette initiative ? » se demande-t-il.
Notre interlocuteur fait aussi ressortir que les bateaux européens sont différents des nôtres et qu’ils pêcheront très loin de nos côtes. « Il faudra une formation au préalable pour que nos pêcheurs – artisanaux ou de bancs – puissent s’y adapter. »
Toutes ces raisons mènent Patrick Michael Souci à dénoncer le fait, selon lui, que les pêcheurs pourraient se retrouver pris dans un « piège » avec cet accord. « Je fais un appel à la communauté des pêcheurs pour qu’ils soient vigilants. » Le président de l’association Soleil Levant se dit d’autant plus méfiant que dans le passé des pêcheurs ont été « menés en bateau » par des projets qui ne se sont jamais concrétisés. « On prend les pêcheurs pour des citoyens de dernier grade », martèle-t-il.
Patrick Michael Souci est très remonté contre le ministère de la Pêche du fait que cet accord « a été fait dans le dos des pêcheurs. » Pour cela, il réclame la démission de Nicolas Von Mally, ainsi que de son conseiller Mathieu Laclé et de son directeur de la Pêche Daroomaligum Mauree.
L’Association Soleil Levant soutient la démarche du Syndicat des pêcheurs de réclamer que cet accord soit rendu public. Le syndicat a prévu de manifester devant le siège de l’Union européenne demain. « Je remercie Judex Rampaul pour ce travail. »
Au ministère de la Pêche toutefois, on ne se hasarde pas à commenter cet accord car il n’a pas encore été adopté par le Parlement européen. On laisse simplement entendre que l’accord sera à l’avantage des pêcheurs et qu’il pourra être rendu public une fois que le Parlement européen l’aura avalisé.
Le Fisheries Partnership Agreement 2012-2015 est un accord permettant à 86 bateaux européens de pêcher dans notre zone maritime, à 15 milles nautiques de nos côtes. Pour cela, l’Union européenne payera 2 millions d’euros à Maurice en termes de frais et fournira les usines mauriciennes en thon. Selon le ministère de la Pêche, outre de donner du travail aux pêcheurs, cet accord permettra également de sauver 7 000 emplois dans le secteur du food processing.