Pour que dans 100 ans la plage Flic-en-Flac ne risque pas de ne plus être qu’un lointain souvenir du fait de l’érosion, plusieurs tonnes de sables, importées d’ailleurs, ont été déversées dans une partie de la mer.

« Nous entamons des travaux sur une base temporaire pour étudier les effets de l’érosion », a confié au Mauricien un haut cadre du ministère de l’Environnement. « Il est fort probable que nous sollicitions l’expertise d’un consultant étranger avant de décider de la marche à suivre », a-t-il poursuivi.

« Nous faisons de notre mieux pour que les Mauriciens puissent continuer à profiter de ces espaces pour longtemps encore. »