L’art, ce n’est pas seulement de l’argent, mais des valeurs et de la créativité. Celle-ci apparaît aujourd’hui essentielle au marché de l’art, et, si l’on considère que la Joburg Art Fair est une sorte de marché de l’art réunissant ses divers acteurs (les galeries — à travers leur travail de vente de travaux d’artistes, les maisons de vente, les galeristes, ou encore les critiques…), le collectif mauricien Migrant-C a créé la surprise en se plaçant, avec ses propres moyens, parmi les 24 galeries présentes.
Tenue du 23 au 25 septembre 2011 au Sandton Convention Centre à Johannesburg, la Joburg Art Fair a ainsi permis une interaction entre valeurs esthétiques et marché de l’art. Autre fait intéressant, la plasticienne mauricienne Nirveda Alleck figurait parmi les trois finalistes concourant pour le FNB Art Prize. C’est finalement le photographe autodidacte sud-africain Cedric Nunn qui a remporté ce prix.
Pour toutes ces raisons, il nous a paru intéressant de parler de cette manifestation qui a été une source d’inspiration pour les artistes mauriciens y ayant participé : Henry Kums, Nalini Treebhoobun, Firoz Ghanty, Nirmal Hurry, Nirveda Alleck et Vincent Montocchio. Ces six artistes, rappelons-le, sont regroupés sous le label Migrant-C (Mauritius Indian Ocean Artists Collective), qui veut également promouvoir le travail des autres artistes de la région.
La diversité qui les caractérise les incite à questionner la personnalité mauricienne au sein d’un discours sur l’art. Nirveda Alleck exprime ainsi son enthousiasme au sujet de cette quatrième édition de la Joburg Art Fair : « …the experience was extremely eye-opening, as when set against the best of the African Arts World, we have to reconfigure our position as Mauritian Artists within the larger world of Art. Most exhibiting galleries and curators at the Art Fair welcomed our presence and were mesmerized by the variety of works produced by Migrant-C artists, as well as its quality. We had the chance to meet up with Sir Robert Loder from the Triangle Arts Trust, and David Koloane and Pat Mautloa from the Bag Factory of Johannesburg, who congratulated our bold step towards holding our own stall at the Art Fair, as independent artists functioning under the Migrant-C Collective. Many Mauritians who live in South Africa came to visit our exhibition, and were very proud to have one of us featuring as a nominee for the FNB Art Prize… »
Migrant-C a voulu par sa présence montrer que les artistes peuvent exposer leurs oeuvres hors des galeries et des structures du marché de l’art. Nalini Treebhoobun et Nirveda Alleck ont fait une présentation de l’art à Maurice, au cours des Alfa Romeo Talks (le 23 septembre), en soulignant les travaux de Malcolm de Chazal et de Hervé Masson, artistes d’avant-garde et porteurs du mauricianisme. Les deux prônaient l’idée d’une nouvelle société à construire, et que l’indépendance politique allait de pair avec une indépendance culturelle. Nirveda et Nin disent qu’il est intéressant de noter que beaucoup de Sud-africains sont curieux de savoir comment l’art a évolué dans les petits états insulaires.
Le catalogue réalisé par les artistes mauriciens pour la Joburg Art Fair contient les informations nécessaires sur leurs travaux et leur parcours. Les causeries Alfa Romeo Art, sponsorisées par Alfa Romeo, ont offert une plateforme aux artistes et galeristes pour parler des défis auxquels les arts font face sur le continent africain.
La participation de Migrant-C à cette grande foire internationale a été rendue possible, explique Nirveda Alleck, grâce aux aides du ministère des Arts et de la Culture, d’Anahita World Class Santuary, d’Air Mauritius et de la section Culture et Avenir du gouvernement mauricien, et à l’apport financier des artistes eux-mêmes. De quoi encourager les autres artistes locaux en attente de soutien pour réaliser leurs projets !