Le rideau est tombé sur la Premier League, version 2012/13 dimanche dernier au stade George V. C’était surtout l’occasion pour le Curepipe Starlight de célébrer son titre de champion, le quatrième de son histoire. Après la passe de trois en 2007, 2008 et 2009, le CSSC retrouve ainsi le bonheur de soulever le trophée de champion quatre ans plus tard. Un titre qui lui a été officiellement décerné, une semaine après avoir perdu la finale de la Coupe de la République.
«C’est une joie légitime au sein du club. Ca fait quatre ans que nous attendons cela. Nous sommes en pleine reconstruction et ce titre est un signe que nous allons dans la bonne voie», déclare Sarjoo Gowreesungkur, le président du Curepipe Starlight. L’entraîneur de la formation curepipienne ne cache pas sa joie aussi. «Félicitations aux joueurs, au staff technique et aux dirigeants. Ce couronnement est amplement mérité car nous avons fait preuve d’une belle régularité sur la saison», affirme Fidy Rasoanaivo. C’était donc venu l’heure de la fête pour le Curepipe Starlight qui a célébré comme il se doit sa quatrième consécration. «On peut se réjouir de ce sacre car il n’a pas été facile à aller décrocher. Ce qui décuple notre joie», lancent plusieurs joueurs curepipiens avec raison.
Les réjouissances du nouveau sacre n’ont pas été trop perturbées par la lourde et surprenante défaite lors de ce dernier match de la saison. Le Curepipe Starlight s’est, effectivement, fait battre par l’ASPL 2000 sur le score sans appel de 3 buts à 0. «C’est clair qu’il y a eu un peu de relachement chez les joueurs qui savaient que le titre est déjà en poche. Et puis, on a fait tourner notre effectif pour permettre à tous de participer à la fête», relativise le coach malgache du Curepipe Starlight. Outre le titre de champion, le club de la ville lumière remporte également le trophée de la meilleure attaque avec 46 buts. Quant à l’ASPL 2000, ce dernier succès lui assure le titre honorifique de vice-championne. À noter que les trois buts ont été inscrits en première période par l’intermédiaire d’Olivier Andrisoa (5e), Fabrice Pithia (21e) er Ludovic Lafoudre (44e).
Au niveau des récompenses, Petite-Rivière-Noire s’est approprié celle de la meilleure défense avec seulement 11 buts encaissés. Le club de l’Ouest termine sur la troisième marche du podium au classement final. La palme du meilleur buteur est revenue pour la deuxième année de suite à Sewram Gobin. L’attaquant de l’AS Rivière du Rempart, âgé de 30 ans, ne partage pas cette distinction avec Branly, l’ancien joueur du Pamplemousses SC, cette fois-ci. Avec 17 réalisations, il finit en tête du classement des buteurs.