Faire des affaires en Afrique n’est pas chose facile tant les obstacles à surmonter sont nombreux et les conditions d’opération, délicates, mais les chefs d’entreprise mauriciens, en particulier ceux des grands groupes bien installés, affichent un optimisme mesuré quant aux perspectives de croissance externe offertes par l’Afrique au vu des opportunités que représente ce continent dans divers secteurs. C’est le sentiment qui s’est dégagé hier après-midi lors du premier forum sur l’investissement en Afrique organisé par Investment Professionals Ltd (IPRO), société spécialisée dans la gestion des investissements, l’administration de fonds, les activités de courtage en bourse, entre autres.
Organisé au Domaine Les Pailles, ce forum a permis à différents intervenants des secteurs agricoles et de la finance ayant déjà des intérêts en Afrique de parler de l’expérience acquise des marchés africains, où leurs sociétés se sont déjà installées, et des possibilités d’expansion de leurs activités eu égard aux potentialités de l’Afrique. « We are passionate about Africa », dira Stéphane Henry, Chief Executive Officer d’IPRO Group, dans son allocution d’ouverture tout en relevant certaines caractéristiques du continent qui pourraient, aux yeux de l’investisseur potentiel, assombrir le tableau. La première partie du forum, consacrée à la présentation de l’expérience du terrain acquise par trois des grands groupes locaux ayant des intérêts dans certains marchés du continent, était surtout axée sur le volet agricole. Jacques d’Unienville, CEO d’Omnicane, a fait état des investissements conséquents du groupe dans un nouveau projet de construction d’un établissement sucrier à Kwale, au sud de Mombasa, au Kenya. Développé en partenariat avec des investisseurs kenyans, ce projet nécessitera des investissements totaux de 200 millions de dollars (environ Rs 6 milliards), dont US$ 80 millions en capitaux propres et US$ 120 millions en prêts.
Omnicane, a indiqué Jacques d’Unienville au Mauricien, fait un investissement initial d’environ US$ 20 millions avec l’option de doubler ce montant à l’avenir. Le projet concerne l’exploitation d’une superficie de quelque 5 000 hectares comprenant la mise en place d’un système d’irrigation goutte-à-goutte. Omnicane et le promoteur kenyan, le groupe Pabari, se sont fixés pour objectif une production de 80 000 tonnes à partir de 2013, volume qui sera porté à environ 120 000 tonnes d’ici cinq ans.