Une quinzaine de collèges, privés et publics, et écoles primaires ont répondu présents à l’appel de l’association française Le Sabot et La Plume pour participer au projet “Étudier la Grande Guerre (1914-1918) avec l’implication des Mauriciens, pour construire la Paix”. Clémence de Villecourt, présidente de cette association, était à Maurice la semaine dernière pour remettre « les pages » aux équipes participantes et reviendra les chercher en août/septembre.
Les fameuses pages, fait main, en lin, serviront à illustrer, d’une part, “La Grande Guerre”, en fonction de la thématique choisie par l’école participante, et, d’autre part, la paix. Ces pages recueillies et ajoutées à celles distribuées en France et à La Réunion serviront à créer un grand livre sur le sujet. Les objectifs de ce projet à Maurice, qui marque le centenaire de la Première Guerre mondiale, sont : d’impliquer les élèves dans les travaux de recherches, de lecture, d’écriture et d’arts plastiques sur l’histoire des Mauriciens ayant participé à la “Grande Guerre”; d’ouvrir un dialogue intergénérationnel sur la transmission de l’histoire; d’inviter les jeunes à « penser La Paix » et à transmettre les valeurs de l’île Maurice au monde; et les responsabiliser sur les actions qu’ils veulent mener pour contribuer au développement du pays dans une démarche innovante et respectueuse des enjeux de la planète et de l’humain.
Clémence de Villecourt n’en est pas à sa première expérience mauricienne. Suite au succès qu’a remporté son action en 2010 dans le cadre de la commémoration de la bataille du Vieux Grand-Port, par le gouvernement mauricien, elle revient pour poursuivre son travail axé sur « la recherche et la connaissance de l’histoire pour mieux construire le présent et se projeter dans le futur », avec les enfants mauriciens. Clémence de Villecourt a aussi souhaité inscrire le pays dans son projet parce que, elle-même, de double nationalité française et mauricienne, a récemment découvert que son grand-père mauricien avait participé dans cette guerre et était parti de Maurice. Elle a d’ailleurs découvert le nom de celui-ci sur le mur du souvenir créé par les élèves de CM2 de l’école du Centre et du Lycée Labourdonnais dans le cadre d’un projet pédagogique, et qui était exposé à l’Institut français de Maurice (IFM) jusqu’à samedi dernier.
Le projet de l’association Le Sabot et La Plume reçoit le soutien du ministère de l’Education. Clémence de Villecourt a, pendant trois jours, sillonné l’île à la rencontre des écoles ayant répondu favorablement à son invitation. Le jour de son arrivée, soit mercredi dernier, elle s’était rendue au collège d’Etat France Boyer de la Giroday, à Plaine-Magnien. À sa grande surprise, les élèves ont, en deux heures, travaillé sur une page répondant aux objectifs du projet. Les deux dernières écoles qu’elle a visitées vendredi avant de partir pour La Réunion étaient le collège St-Joseph de Curepipe et le collège d’Etat Sir Abdool Raman Osman, à Phoenix. Ce mercredi, elle commence sa tournée en France à Plonevez-Porzay, dans le Finistère (Bretagne), pour récupérer les premières pages distribuées aux élèves.